Logo du site

Bâtonner Comment l'argent détruit le journalisme

Sophie Eustache Amsterdam, 2020, 120 p., 10 €

Pendant les élections régionales en 2015, Le Monde avait publié 36 000 articles écrits par des algorithmes pour annoncer les résultats. À la lecture de ce fait, comment s’étonner que, d’après le baromètre de la confiance des Français dans les médias publié par La Croix, en 2019, seulement 44 % des Français fassent confiance à la presse écrite ?

Mais ce ne sont pas les journalistes qui sont en cause. Sophie Eustache, elle-même journaliste, nous livre les résultats d’une investigation rigoureuse, en immersion dans les rédactions. Entre anecdotes et parcours personnels, elle décrypte le processus d’aliénation à l’œuvre chez les deskeurs, ces journalistes chargés de « bâtonner » : copier-coller des dépêches fournies par les agences de presse en les remaniant à la marge, sans en vérifier les informations.

De plus en plus commune dans les rédactions, cette façon d’exercer le métier transforme les journalistes en ouvriers de l’information et les dépossède de leur savoir-faire, dans une approche taylorienne accentuant les hiérarchies internes au métier. « Pendant que mon confrère du papier enquête et enchaîne les interviews, nous, on bouffe de la dépêche à dégurgiter rapidement sur le site », relate un journaliste de La tribune. Une prolétarisation de la profession de journaliste ? Pas de quoi échauffer les syndicats, quand des chercheurs « prédisent déjà le remplacement des “deskeurs” par des robots ». Les médias risquent d’être de moins en moins nombreux à exercer leur contre-pouvoir.

Lucile Leclair
12 février 2021
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules