Logo du site

Autoformation et connaissance de soi Une méthode de recherche-formation expérientielle

Pascal Galvani Chronique sociale, 2020, 288 p., 22,90 €

En 2003, dans sa typologie des courants de l’Éducation à l’environnement, la professeure Lucie Sauvé classait Pascal Galvani dans le courant ethnographique. L’auteur, québécois, professeur d’Université, semble ici s’émanciper de toute catégorie. Il reprend une trentaine d’années de travaux et de recherche-formation (Autoformation et fonction de formateur était paru chez le même éditeur en 1991) et sa propre trajectoire de vie, dans un livre particulièrement dense, transdisciplinaire, abondamment référencé. Livre ouvert sur le monde, à mi-chemin entre le discours sur la méthode, le manuel et le bréviaire. L’avant-propos, qui explicite comment l’utiliser et propose à chacun de composer son propre itinéraire de lecture, l’introduction, qui donne une première définition des termes et du sens général, ainsi que la préface de Gaston Pineau balisent intelligemment l’ensemble. Trois grandes parties : « l’émergence de l’auto-formation comme paradigme écosystémique » ; « explorer les kaïros comme moments intenses d’autoformation » ; « enjeux culturels et écologiques de l’autoformation dans l’ère planétaire ». Leur seul énoncé permet de saisir la perspective dans laquelle s’inscrit d’emblée l’auto-éco-formation tout au long de la vie prônée par l’auteur, mais aussi l’un de ses concepts phares : le kaïros d’autoformation. Il en livre un témoignage vivant, à travers la narration d’un premier jour de stage, dispensé par Jean-Jacques Chaunière, responsable régional d’un mouvement d’éducation populaire : « Ce jour-là, j’expérimentais un geste formateur qui ouvrait une nouvelle conscience dans toutes les fibres de mon être ». In fine, c’est bien la conscience qui semble lier les deux principaux termes du titre de l’ouvrage. Autoformation et connaissance de soi passent par une prise de conscience réflexive et émancipatrice, de soi, des autres et du monde, dans des allers-retours, des rétroactions, des boucles, constants, incessants. Pour Pascal Galvani, la formation, basée sur les expériences non formelles comme sur des enseignements formalisés, est un processus vital, existentiel. Complexe, métisse, en mouvement.

Jean Vettraino
12 juin 2020
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules