Logo du site

Comment je suis devenue anarchiste

Isabelle Attard Seuil, 2019, 160 p., 12 €

Dans un essai particulièrement vif – marque de fabrique la collection Reporterre aux éditions du Seuil – l’ancienne députée écologiste partage sa découverte intime de la doctrine anarchiste. Intime, car ce n’est pas tant une conversion qu’une prise de conscience que relate cet ouvrage. Isabelle Attard était déjà anarchiste, mais sans le savoir ! « Parce que l’histoire est écrite par les vainqueurs », nous dit-elle. Elle s’attache donc à détricoter l’image d’anarchistes désordonnés et poseurs de bombe, qu’elle ne nie pas mais qu’elle ramène à sa juste place (« les poseurs de bombes n’ont été que quelques dizaines à travers le monde »), pour nous parler de tous les autres : Murray Bookchin et Errico Malatesta, pour lesquels elle fait sentir une proximité, mais aussi Emma Goldman, Élisée Reclus, Voltairine de Cleyre, Nestor Makhno, Louise Michel… Si le récit s’ouvre sur les lourdes déceptions de sa propre expérience politique, elle nous emmène ensuite au travers de ces figures de l’anarchisme, à la découverte d’expériences passées (Ukraine et Mandchourie au début du XXe siècle, révolution espagnole dans les années trente…) et actuelles (Rojava, Chiapas, Zad de Notre-Dame-des-Landes…). Si cet ouvrage n’apprend rien aux anarchistes convaincus et à la culture solide, il éveillera la curiosité de celles et ceux qui sentent notre système à bout de souffle et sont à la recherche de nouvelles inspirations… au risque de se découvrir à leur tour anarchistes !

Martin Monti-Lalaubie
20 mai 2020
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules