Logo du site

Les inégalités contre la démocratie

Jean-Pierre Derriennic Presses de l'Université Laval, 2019, 152 p., 12,95 $

Le petit livre de Jean-Pierre Derriennic nous emmène au Canada. Professeur de sciences politiques à l’Université Laval, son ouvrage se veut politique. Pour lui, les inégalités sont comme les vibrations d’un moteur : « Il faut qu’un moteur vibre quand il tourne, mais le moteur le plus efficace, c’est celui qui fonctionne en vibrant le moins. » Son approche est celle de l’égalité citoyenne des droits : les lois doivent être les mêmes pour tous. Il n’existe pas « d’inégalités économiques justifiées », « elles sont toutes dangereuses [et] doivent donc être limitées ou réduites toutes les fois où il est possible de le faire à un coût acceptable ». Deux mesures sont proposées pour les réduire drastiquement : « Abolir l’héritage de toute fortune dépassant un montant prédéterminé et taxer les plus hauts revenus à des taux très élevés. » Des mesures qui ont été d’ailleurs mises en œuvre aux États-Unis et en Grande-Bretagne au siècle passé ! Mais le cœur du livre concerne l’égalité en droit dans les démocraties occidentales. Comment donner à chacun le « même » pouvoir citoyen ? La question renvoie à celle du mode d’élection. Après avoir analysé différents modes de scrutin, Jean-Pierre Derriennic plaide pour un vote à préférence ordonnée : chacun classe par ordre décroissant l’ensemble des candidats. Un dispositif qui concilie à la fois une plus grande égalité entre les électeurs et une efficacité politique pour les élus, contrairement au scrutin uninominal à un tour (inégalité des électeurs mais efficacité) et aux élections proportionnelles (égalité des électeurs mais inefficacité pour gouverner). Mais on peut aussi imaginer une « représentation intégrale », via un scrutin totalement égalitaire, chaque élu étant dépositaire d’un certain nombre de voix lors des votes au Parlement, à la manière d’une assemblée d’actionnaires ou d’un congrès de parti. Difficile de s’enthousiasmer pour cet ouvrage où le débat est centré sur la question du mode de scrutin au Canada… Il serait intéressant de connaître l’avis de l’auteur vis-à-vis de certains pays du Sud, où les inégalités sont omniprésentes et où la démocratie électorale se joue souvent en termes d’alternance politique mais aussi de respect des minorités.

Marcel Rémon
23 octobre 2019
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules