Logo du site

In Girum
Les leçons politiques des ronds-points

Laurent Jeanpierre La Découverte, 2019, 192 p., 12 €

Le mouvement d’une voiture s’engageant sur un rond-point dessine un point d’interrogation. C’est cette image que retient le sociologue Laurent Jeanpierre dans son livre In Girum pour analyser l’événement qui a secoué la France l’hiver dernier. Le mouvement des « gilets jaunes » interpelle par de nombreux aspects. Sans leader ni cohérence idéologique, il apparaît d’abord comme un mouvement de contestation auquel tout manque pour réussir et durer. Et pourtant, il aura arraché au gouvernement des concessions plus fortes que les luttes sociales de la dernière décennie. Il interpelle aussi par la puissance de l’expérience vécue au fil des mois sur les ronds-points, qui semble l’emporter sur les revendications portées, une expérience que peine à transcrire la « langue morte » du discours dominant des médias et des communicants. À chaud, Laurent Jeanpierre dégage un faisceau d’indices pour caractériser la nouveauté qui le questionne : un style contestataire différent qui rebat les cartes des luttes sociales. Le mouvement fait se rejoindre, à défaut de fédérer et de structurer, des catégories « entravées », dont les déplacements contraints n’entraînent pas de mobilité sociale. Il a une dimension politique qui passe par l’expérience vécue, mais peine à se positionner par rapport au « système » auquel il s’oppose. C’est enfin un mouvement qui met en lumière l’importance de l’ancrage local et territorial pour les reconfigurations politiques, économiques et écologiques en cours. Quoique nécessairement provisoire et balbutiante, cette analyse est aussi originale et provocante que le mouvement qu’elle s’attache à décrire.

Louis C.
22 octobre 2019
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules