Logo du site

L’immigration au prisme des médias

Rodney Benson Presses Universitaires de Rennes, 2017, 311 p., 22 €

Entre le milieu des années1970 et celui des années 2000 aux États-Unis, les informations sur l’immigration se sont de moins en moins focalisées sur les emplois et l’économie globalisée, mais sur le racisme, les menaces à l’ordre public et les préoccupations humanitaires face aux souffrances des migrants. En France, les informations ont d’abord été dominées par les thèmes du racisme et de l'humanitaire et, au début des années 1980, celui de la diversité culturelle est devenu important. Le discours s’est orienté vers la question de l’unité culturelle, en même temps que celle de l’ordre public : où étaient la menace, les immigrants ou bien Le Pen ? Cette prise en compte d'une perspective globale est restée très présente, s'accentuant même depuis. Si la comparaison des champs et des pratiques journalistiques entre les États-Unis et la France est malaisée, l’entreprise de Rodney Benson sur le traitement de l’immigration par les médias des deux pays est fort instructive. Par l’éclairage qu’elle offre des évolutions de la question de l'immigration dans les deux cas, sur une quarantaine d’années (de 1970 à 2010), mais aussi par l’analyse des systèmes journalistiques de chaque côté de l’Atlantique : la question de l’immigration les dévoile de manière particulière, mieux sans doute que tout autre phénomène global. Avec une grande rigueur méthodologique et de solides justifications théoriques, Rodney Benson analyse l’effet de la proximité des médias avec le pouvoir du marché ou avec le pouvoir civique, contredisant quelque peu les positions de la théorie libérale ou de l’économie politique sur ce point. Il prend en compte les connivences (culturelles, de formation…) entre les journalistes et leurs sources. Il souligne la différence entre la forme majeure de l’information aux États-Unis  ̶  la narration dramatisée  ̶  et celle du forum de débat davantage pratiquée en France. La première risque de laisser dans l’ombre une perspective globale et d'occulter la représentativité d’organisations ou d’associations des personnes dont on raconte l’histoire. La seconde fait gagner en termes de multi-perspectives, de pluralisme des idées exposées. L’immigration est en train de transformer nos vies, mais ce que nous en savons est en grande partie délimité par les informations et les analyses des médias. Cet ouvrage nous apprend beaucoup sur le travail des journalistes. Il nous invite à accueillir de manière moins passive l’information sur ce sujet.

Jean-Marie Carrière
21 juin 2018
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules