Logo du site

Géopolitique d’une planète déréglée. Le choc de l’anthropocène

Jean-Michel Valantin Seuil, 2017, 336 p., 20 €

Le drame qui se joue en Syrie et au Moyen-Orient nous le rappelle quotidiennement : le dérèglement climatique est en train de provoquer de grands bouleversements géopolitiques. Or cette dimension géopolitique est souvent oubliée des débats environnementaux : les écologistes focalisent leur attention sur la diminution de nos impacts sur l’environnement, les climato-sceptiques feignent d’ignorer la question et le grand public en a bien peu conscience. La démarche de Jean-Michel Valantin dans Géopolitique d’une planète déréglée, instruire les interactions entre changement climatique et géopolitique, est donc saine et nécessaire. Il commence son ouvrage par une mise en perspective de l’accélération du changement climatique provoquée par les deux guerres mondiales. Puis l’analyse d’un certain nombre de cas, les États-Unis, la Russie et la Chine, lui permet de mettre en lumière de nouvelles polarités : les États-Unis, dans l’ambivalence d’un État qui provoque le changement climatique et en souffre ; la Russie, qui tente de tirer parti de ce changement pour rétablir sa puissance ; la Chine, enfin, qui bouleverse l’ensemble de la donne géopolitique mondiale avec sa stratégie de nouvelles « routes de la soie ». Enfin, l’auteur s’attarde sur le déclin de la puissance des États et sur la sensation d’être assiégé provoquée dans certaines zones géographiques par les transformations climatiques. Il étudie en particulier la situation des pays du Proche et Moyen-Orient, de la Somalie et de l’Asie du Sud, mettant en relief l’impact des situations locales sur l’augmentation du nombre de réfugiés et sur la résurgence du phénomène de piraterie. Les perspectives esquissées par Jean-Michel Valantin sont souvent sombres, mais le propos se garde d’être exagérément pessimiste, mettant également en relief les solutions et les équilibres trouvés. La conscience des bouleversements géopolitiques en cours est plus que jamais nécessaire pour qui veut œuvrer pour un monde de paix.

Matthieu Cassou-Mounat
14 fvrier 2018
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules