Logo du site

La réception de l’encyclique Laudato si’ dans la militance écologiste

Fabien Revol Cerf, 2017, 168 p., 19€

L’encyclique Laudato si’ du pape François est parfois mieux reçue en dehors de l’Église qu’en son sein ! Ce recueil de cinq conférences organisées par la chaire Jean Bastaire de l’Université catholique de Lyon et l’association Chrétiens et pic de pétrole conforte cette impression. Alors qu’une partie des catholiques, selon une intéressante typologie de Fabien Revol en introduction de l’ouvrage, se montrent sceptiques ou n’accueillent que superficiellement l’appel à la conversion lancé par le pape, des personnalités militantes de l’écologie, ouvertement non croyantes et volontiers critiques de l’Église, se sont attelées avec enthousiasme à une lecture approfondie (pour la plupart !) de sa lettre encyclique. Nous ne sommes plus dans les réactions superficielles des premières semaines suivant la publication mais bien dans des études de fond nourrissant le dialogue auquel le texte lui-même invite. Serge Latouche se réjouit de ce qu’il qualifie de rupture dans le discours de l’Église sur la décroissance mais regrette un manque de radicalité dans l’approche économique. Au contraire, Corinne Morel-Darleux souligne les convergences avec le Manifeste pour l’écosocialisme du Parti de Gauche. Alain Liepietz, en « agnostique à tendance athée », déploie une remarquable analyse des justifications chrétiennes données par le pape pour une conversion écologique et y trouve des points d’appui pour sa propre quête spirituelle, articulant immanence et transcendance. Tous les trois marquent, aussi, des désaccords avec le pape, notamment sur la démographie ou l’avortement. Mohamed Taleb évoque des éléments d’une théologie islamique de la nature et Florence Leray, s’appuyant sur Philippe Descola et Martin Heidegger, donne de la chair à la proposition du pape de nous tourner vers les peuples premiers pour nous aider à changer le paradigme des relations entre humains et non-humains. Les courtes réponses avancées par les membres de la chaire Jean Bastaire, à chacune des contributions, mettent en lumière les débats à poursuivre. Deux ans après sa parution, la réception de Laudato si’ ne fait que commencer. Cet ouvrage y apporte une pierre fort utile.

Grégoire Catta
21 août 2017
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules