Logo du site

François le pape vert

Collectif, Guy Aurenche et Leonardo Boff Temps Présent, 2015,152 p., 9 €

« Désormais, je ne me sens plus seul. » Tel fut le sentiment du botaniste Jean-Marie Pelt à la lecture de l’encyclique Laudato si’ du pape François, commentée et analysée dans cet ouvrage. Des auteurs venus d’horizons divers (philosophes, climatologues, économistes, représentants de la société civile et religieux) y livrent leur ressenti et des analyses personnelles dont se dégagent quelques traits saillants du document, notamment l’idée que tout est lié. On retrouvera aussi les reproches qui lui sont faits – une question démographique mise de côté – ou les débats qu’elle suscite au sujet de la croissance économique. Malgré un manque de mise en cohérence de ces contributions qui peuvent en devenir répétitives, François le pape vert est un ouvrage accessible, qui ne perd pas de son intérêt pour celui ou celle qui souhaiterait confronter ses impressions à d’autres, ou disposer d’éléments de compréhension de Laudato si’. En filigrane se détachent en effet des indices de lecture - ce que nous révèlent les notes - mais aussi des éléments éclairants de contextualisation historique et théologique, ainsi que des propositions sur la portée philosophique du texte, sous la très belle plume de Corine Pelluchon. L’enthousiasme est unanime chez les auteurs. Certains se réjouissent de l’impact sans précédent de l’encyclique, signe « d’une Église redevenue audible ». Sans questionner les observations sur le contenu du document, on peut s’interroger sur les constats de sa portée : n’est-il pas un peu tôt pour vérifier la teneur et l’ampleur de « l’effet Laudato si’ » ?

Marie Drique
1er février 2016
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules