Logo du site

Critique de la destruction créatrice

Pierre Caye Les belles lettres, 2015, 336 p., 27 €

Ce livre s’inscrit dans une série déjà bien fournie de réflexions sur les racines philosophiques et spirituelles de la crise écologique. On connaît la fameuse thèse de l’historien américain Lynn White sur la responsabilité de l’anthropocentrisme chrétien dans le saccage de la nature. Celle exposée par Pierre Caye n’est pas sans analogie, bien qu’il ne s’y réfère pas. Son angle d’attaque est plus spéculatif, ce qui ne va pas sans difficultés de lecture. Pour résumer son propos, c’est toute l’ontologie depuis les Grecs, fondée sur la double conviction d’une unicité de l’être et du caractère processuel de la réalité, qui se trouve mise en cause par la crise écologique. Le thème de la destruction créatrice cher à Joseph Schumpeter fait ici le lien entre les concepts métaphysiques et la vision du monde qui sous-tend notre modèle de développement. S’y trouve exprimée l’idée d’une convertibilité des biens et des contenus d’existence, dont le destin serait d’être sans cesse en devenir, détruits pour être recréés. Or avec la crise écologique émerge le constat de la non convertibilité – et donc du caractère foncièrement non productible – des formes de vie et de toutes les manifestations singulières de l’être. Pour Pierre Caye, cette situation renvoie à un « principe d’improduction » dont on ne trouverait trace que dans les écrits de Plotin, notable exception dans la tradition philosophique occidentale. Ce livre donne à penser, malgré l’agacement que provoque parfois son hubris théorique. Nous n’avons pas besoin de prendre parti sur la « disjonction de l’un et de l’être » pour changer nos idées sur le progrès. On peut malgré tout suivre l’auteur lorsqu’il observe qu’« il n’y aura pas de développement durable, de modification du système productif tant que ne sera pas modifiée la conception même que l’on se fait de la puissance, qui elle-même détermine le sens de la richesse » (p. 126).

Pour aller plus loin

Bernard Perret
22 janvier 2016
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules