Logo du site

Petit traité de résilience locale

Agnès Sinaï et al. Éditions Charles Léopold Mayer, 2015, 114 p., 9 €

Une conviction : « Notre société, moderne et industrielle, ne sera jamais “durable” ». Un postulat : un effondrement (mais jamais précisé au juste) est inévitable, notamment du fait de la pénurie énergétique à venir (aussi nommée « descente énergétique »). Une urgence : s’y préparer. Pour cela, la construction de « petits systèmes résilients » est pour les quatre auteurs, tous associés à l’Institut Momentum et proches du mouvement de la Transition, la priorité. Ils affirment en effet, plus qu’ils ne démontrent, qu’ « il n’y a pas de meilleure résilience que locale ». Ainsi, le domaine agricole peut-il être promis à un bel avenir : des fermes, intensives en main-d’œuvre et en savoirs (notamment dans la permaculture), produiront des produits diversifiés et de qualité sur de petites surfaces et emploieront, en France, bien plus que les 3 % de la population active actuelle. Dans le domaine du bâti, « l’architecture vernaculaire », avec une main d’œuvre nombreuse et formée, permettra de « ré-autonomiser les citoyens bâtisseurs ». Dans le domaine de l’énergie, des régies décentralisées permettraient un fonctionnement plus démocratique et résilient que le modèle français actuel hypercentralisé (30 000 moulins équipés en microhydraulique fourniraient autant d’énergie que deux EPR !) Ces exemples sont stimulants. Ils soulignent l’importance d’une « relocalisation de la puissance », passant par des formes d’auto-organisation et d’auto-production renouvelées. Au-delà d’un changement technologique, ce sont les modes de vie et, sans doute, nos états intérieurs qui devront changer. Pour autant, les solutions avancées sont présentées de manière bien sommaire pour qu’on en saisisse la portée. Et la question d’un changement d’échelle n’est pas vraiment posée, même si la conclusion souligne la nécessité de relier les différentes initiatives locales en réseau.

Jean Vettraino
19 novembre 2015
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules