Logo du site

Climat : 30 questions pour comprendre la conférence de Paris

Pascal Canfin et Peter Staime Les Petits Matins, 2015, 200 p., 12,25 €.

Dans un « format TGV » (une lecture achevée en deux bonnes heures), voilà un précieux mémo pour tous ceux qui veulent saisir les enjeux de la Cop21, cette grande conférence sur le climat qu’accueille la capitale française (ou plus exactement, Le Bourget) fin 2015. Dans un style accessible, le livre fournit des réponses très informées à 30 questions clés, ainsi qu’un utile guide pratique. Le point fort de l’ouvrage tient à la connaissance intime qu’ont les auteurs, l’ancien ministre français du Développement Pascal Canfin et le « négociateur climat » Peter Staime, des coulisses de la négociation. Les enjeux géopolitiques sont finement décryptés, le modèle énergétique allemand – souvent caricaturé en France – se voit réhabilité avec autorité, et douze propositions stimulantes sont formulées (par exemple, faire bénéficier les technologies vertes du même statut que les médicaments génériques à l’Organisation mondiale du commerce, de façon à en généraliser l’usage dans les pays en développement). Cependant, les auteurs semblent avoir un tel souci de se faire entendre des gouvernements et des dirigeants d’entreprises (ce qui leur vaut les louanges des Échos ou de BFM TV) qu’ils passent sous silence de bien lourdes questions. Ainsi, s’ils évoquent la nécessaire évolution des modes de vie (en avalant 250 steaks de bœuf, ou un aller-retour Paris-Barcelone en avion, un individu épuise son budget carbone pour l’année), ils se gardent d’en tirer toutes les conséquences – car absentes des négociations. De même, peut-on sauver le climat sans sortir l’économie de l’emprise de la finance (comme y invite le Pape dans sa dernière encyclique) ? Ou encore, traiter du climat indépendamment de la raréfaction des métaux ou de l’impact des solutions envisagées sur la biodiversité ? Au final, le livre donne une idée assez précise de ce que l’on peut raisonnablement espérer de la grand-messe onusienne sur le climat, mais il reste bien silencieux sur ses impasses.

Jean Merckaert
1er octobre 2015
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules