Logo du site

Le développement durable. Une nouvelle affaire d’État

Laure Bonnaud, Pierre Lascoumes, Jean-Pierre Le Bourhis et Emmanuel Martinais Puf, 2014, 216 p., 19 €

Longtemps désigné comme le « parent pauvre » des politiques publiques, l’environnement se voit dédié, en 2007, « un grand ministère du Développement durable » sous l’impulsion du gouvernement Fillon. S’agit-il pour autant d’une rupture dans la manière dont l’action publique intègre l’environnement ? Associé à une équipe de juristes et de sociologues, Pierre Lascoumes, expert de la question, fait la chronique de cette réforme administrative qui entraîne la fusion des ministères de l’Industrie, de l’Équipement et du « trublion environnemental ». Depuis sa conception dans le contexte du Grenelle (chapitres 1 et 2), jusqu’à la traduction à l’échelle locale (chapitre 3) de ses effets sur les pratiques et conceptions des agents et de l’administration (chapitres 5 et 6), cette monographie retrace l’émergence d’une administration du développement durable. On pourrait regretter cependant de ne pas en apprendre davantage sur la construction du sens donné à une politique publique en la matière. Les auteurs dévoilent néanmoins parfaitement les enjeux et les effets des découpages institutionnels, des stratégies d’acteurs, des relations de travail qui ont structuré cette réorganisation. Le constat oscille entre succès et échecs par rapport aux objectifs donnés. De façon accessible, les auteurs montrent à quel point « faire du développement durable » – perçu principalement comme besoin de transversalité – bute contre une sectorisation coutumière de l’action publique en France. Alors que les crises écologiques et sociales s’accélèrent, ce « recyclage de politiques publiques existantes » et la lenteur du changement sont préoccupants. Le ministère de l’Environnement restera-t-il celui de « l’impossible » (Robert Poujade) ?

Marie Drique
3 octobre 2014
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules