Logo du site

La France nucléaire. L’art de gouverner une technologie contestée

Sezin Topçu Seuil, 2013, 352 p., 21 €

Quel est donc cet art de rendre incontournable une énergie aussi contestée que le nucléaire ? L’historienne et sociologue Sezin Topçu, dans la ligne des réflexions de Michel Foucault sur les « techniques du gouvernement », décrypte les raisons de la suprématie de l’atome en France. Elle analyse ainsi, dans un ouvrage à la fois limpide et didactique, les stratégies et les tactiques déployées depuis les années 1970 – constructions quasi illégales, financement des collectivités qui accueillent les activités liées au nucléaire, modelage de l’opinion publique – pour aboutir à la nucléarisation actuelle de la France. Ce faisant, elle brosse un panorama du mouvement anti-nucléaire qui constitue une « composante incontournable » de l’histoire du nucléaire en France : elle démontre comment l’institution de l’énergie atomique s’est réappropriée les critiques qui lui ont été faites, tout comme la contestation s’est elle-même adaptée, passant du refus radical à une approche de « gestion des risques », symbole d’une progressive banalisation des catastrophes. En mettant en lumière « la tension historique entre atome et démocratie », elle nous pousse à nous interroger de manière plus générale sur la démocratie dans une société aussi – et de plus en plus – technique que la nôtre. Deux pages sont néanmoins consacrées aux « raisons d’espérer » ; des raisons auxquelles on adhère avec peine tant est sombre le tableau dépeint dans les pages précédentes.

Marie Drique
4 février 2014
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules