Logo du site

La nouvelle alternative ? Enquête sur l'économie sociale et solidaire

Philippe Frémeaux Alternatives économiques/Les Petits Matins, 2011, 160 p., 12 €

À la faveur de la crise financière, il est devenu banal de dénoncer l’exigence de rentabilité à court terme des actionnaires, qui rend les entreprises aveugles aux conséquences économiques et sociales de leur activité. De là à faire de l’économie sociale et solidaire l’alternative au capitalisme actionnarial, il n’y a qu’un pas. Que beaucoup franchissent sans plus y regarder, selon Philippe Frémeaux. Convaincu, certes, des mérites de cet entreprenariat alternatif, l’ancien rédacteur en chef du magazine Alternatives économiques (qui est une coopérative) n’en souligne qu’avec plus de force les dérives et les limites. Dérives, de banques mutualistes (comme Natixis) spéculant à tout va, ou de certaines coopératives agricoles, leaders de la recherche sur les OGM qui n’ont rien à envier à leurs concurrents capitalistes. Limites, dans l’exercice de la démocratie, ou quand la cause associative sert de prétexte à la précarité des emplois. Précieux pour les non-initiés par son style et sa présentation pédagogique du secteur, ce petit livre dresse une liste pertinente des défis qui attendent ceux des promoteurs de l’économie sociale et solidaire qui voudraient en faire visiblement une alternative à l’économie dominante.

Jean Merckaert
8 février 2012
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules