Logo du site

Le travail sous tension

Michel Lallement Seuil, 2010, 126 p., 10 €

Le travail est un fait social en pleine mutation. Celui d’aujourd’hui ne ressemble plus à celui des années 80. Quatre principales lignes de tension ont marqué son évolution. La fonction intégratrice du travail s’est modifiée avec la marchandisation croissante du travail et le développement des techniques de communication. L’écart entre travail de riche, stable et enrichissant, et travail de pauvre, précaire et inintéressant, s’est accentué. Par ailleurs, avec la fin du taylorisme, l’articulation responsabilisation du travailleur/division du travail a profondément changé : on demande au travailleur un engagement personnel plus fort. Les TIC, ainsi que l’apparition de tiers (clients) à l’intérieur des relations de travail affectent le partage de responsabilités. Il faut à la fois être plus autonome et soumis à plus de contraintes. Ce qui est un facteur de stress. Enfin, la lutte pour préserver l’emploi s’est faite parfois au détriment des conditions de travail. Et les frontières entre emploi, chômage et inactivité sont devenues plus floues. De nouvelles approches sont nécessaires pour penser les itinéraires professionnels. Ainsi se fait jour une nouvelle façon de percevoir le travail et les relations de travail. Dans ce petit livre très stimulant, la pensée de l’auteur est à la fois rigoureuse et toujours en mouvement. Elle écarte les interprétations uniques et simplistes. Excellent pour s’initier à la complexité des mondes du travail.

Christophe Duval-Arnould
1er juillet 2010
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules