Monde |  Marie-José Tubiana |  L’harmattan, 2017, 120p., 9,50€ Par Francis Merckaert | 17 avril 2017
Print Friendly



Ce livre a l’immense mérite d’être concis et court - il comporte 110 pages - mais aussi d’être rédigé par quelqu’un qui a, à la fois, la connaissance du terrain et l’expérience de l’accompagnement concret des migrants arrivés en France. Écrit par une ethnologue africaniste qui a travaillé au Tchad et au Soudan, en particulier au Darfour, il se présente sous la forme de quatre chapitres. Le premier nous introduit dans l’histoire d’une région particulièrement méconnue : le Darfour ; le second (la majeure partie de l’ouvrage), recueille une soixantaine de témoignages de personnes ayant dû quitter leur région pour des raisons parfois économiques mais surtout parce que leur vie était en danger. Les deux derniers chapitres reviennent sur les motifs qui ont amené à devoir migrer, et sur la manière dont « l’accueil » est réalisé et vécu, tout particulièrement en France. On y découvre les conditions d’une vie rude et précaire, dans un pays devenu hostile pour sa propre population en raison de rivalités politiques et ethniques -ces populations vivaient préalablement en bonne intelligence-. On y montre aussi l’extrême dangerosité de l’aventure migratoire et des souffrances endurées. On peut trouver de nombreuses répétitions mais l’auteur en a conscience; c’est hélas le fait d’histoires humaines bien souvent similaires. Pour celles et ceux qui ne connaissent le fait migratoire qu’à travers des concepts, ou à travers la grille d’ une terminologie réductrice, comme celle de « clandestin », la richesse de ce livre est de mettre un visage sur chacune de ces personnes et de faire découvrir une réalité trop souvent méconnue ou déformée. On ne peut qu’en souhaiter une très large diffusion.