Écologie |  Flore Berlingen (coord.) |  Rue de l’échiquier, 2014, 128 p., 8 € Par Jean Vettraino | 16 juin 2015
Print Friendly



Chaque année, un Français produit en moyenne 590 kilos de déchets ménagers. Ils aboutissent dans l’une des 250 décharges ou l’un des 129 incinérateurs du pays, quand ils ne sont pas envoyés dans des pays du Sud, où les standards occidentaux en matière de traitement ne sont pas appliqués… Face à un tel problème de société, les réponses existent. Elles sont intelligemment présentées et articulées ici. Le principe du « zéro gaspillage pour tendre vers zéro déchet » (waste désigne à la fois les déchets et le gaspillage en anglais) se base sur la réduction des déchets à la source (grâce à un travail dès la phase de conception des objets) et la réorganisation de leur gestion. La dimension territoriale est dès lors essentielle, qui fait une place à l’économie circulaire, de même que la dimension collective et participative, déterminante dans le succès de toute action d’envergure. À partir d’exemples documentés, les avantages environnementaux, sanitaires et sociaux d’un scénario « zero waste » sont ainsi démontrés. On découvre comment San Francisco ou Capannori (Toscane) arrivent à recycler 80% aujourd’hui de leurs déchets. Cette politique permet de créer des activités et des emplois. Ainsi, dans la province de Trévise (Italie), la collecte des déchets emploie 84 personnes contre 58 auparavant, et les coûts totaux de gestion ont été réduits. L’ouvrage présente de nombreuses données (par exemple sur les échelons de la gouvernance des déchets, de l’Union européenne à la commune) et des encadrés apportant des éclairages précis sur différents aspects du problème : le réemploi des matériaux en architecture et dans la construction ou la révision de la directive européenne sur la définition de l’emballage, excluant les capsules de café (et donc de grandes enseignes comme Nespresso ou Senseo du principe « pollueur-payeur »)… Une somme, issue d’un travail associatif et militant. Une approche pédagogique, qui invite chacun à compléter le scénario.