Démo du robot Nao, Université Jaume, Espagne, 2011 (CC Kai Schreiber).Démo du robot Nao, Université Jaume, Espagne, 2011 (CC Kai Schreiber).



 

Fruit d’un long mûrissement à travers l’histoire, l’idée de progrès a basculé au XXe siècle et se trouve aujourd’hui confrontée à ses conséquences extrêmes sur notre environnement et inquiétantes quant à l’avenir de la robotique. Pouvons-nous encore la réinventer, la réorienter, pour une humanité réconciliée avec sa finitude ?


Le XVIIe siècle, en Occident, confère au progrès une finalité salvatrice et l’enracine dans les sciences. Or l’Europe va peu à peu s’apercevoir d’une contradiction inhérente au progrès : entre ses buts et ses moyens. Le but affirmé est la pacification de l’existence, l’harmonisation de la condition humaine, l’absence...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.