Chaîne de l'Himalaya, Népal, 2008 ©Aurore ChaillouChaîne de l'Himalaya, Népal, 2008 ©Aurore Chaillou



 

Après avoir relégué la nature au rang de matériau, l’homme contemporain, étouffé par le consumérisme et désireux d’authenticité, la redécouvre. Prenant conscience qu’il vit par elle, avec elle et en elle, il fait l’expérience de quelque chose qui le dépasse. Les religions se laisseront-elles déplacer par cette quête spirituelle, aujourd’hui vécue individuellement ?


Fils et filles de la modernité, nous avons appris à nous émanciper à l’égard de tous liens aliénants. Cela vaut aussi pour la nature. Car qu’elle se fasse sol, terroir, enracinement ou replis identitaires en des communautés néo-rurales, voici une référence qui a aussi pu enfermer et aliéner. Dès lors, comment vivre le retour de la terre comme...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.