La transition énergétique requiert des investissements importants tant du côté de la production que de la maîtrise d’énergie. Entre impôts, épargne des ménages, création monétaire et dette, sur quels leviers de financement s’appuyer ? Quelle place est faite aux citoyens de plus en plus désireux de donner un sens à leur épargne ?

Gaël Giraud, économiste, Pierre Ducret, P-DG de la Caisse des dépôts et consignations Climat (CDC Climat), et Patricia Piriou, co-directrice générale de Triodos Finance, débattent des moyens de financer la transition énergétique à l’occasion du colloque « Quelle justice sociale à l’heure de la transition énergétique ? » (organisé par le Ceras et la Revue Projet du 10 au 12 septembre 2014, à Paris). Un débat autour d’Adrien de Tricornot, journaliste au Monde.


7/01 Adrien de Tricornot - La difficile... par cerasvideo

Le nerf de la guerre

Nos modes de vie ne sont pas soutenables. Cette remise en cause engage une reconfiguration de nos infrastructures et de nos territoires. Techniquement, nous aurions la possibilité de mener cette transition, selon Gaël Giraud. Reste la question du financement. L’économiste revient ici sur deux options qui s’offrent à nous afin de mobiliser les 10 à 100 milliards nécessaires : un fléchage spécifique de l’argent des marchés financiers et la création monétaire. La première option implique une réforme en profondeur de notre système financier afin de réduire les rendements des actifs boursiers, une perspective qui semble aujourd’hui lointaine. D’où une préférence pour la planche à billets, une politique qui ne conduirait pas à l’inflation si elle est utilisée pour le financement de l’économie réelle.


7/02 Gaël Giraud - La difficile équation... par cerasvideo

Banques éthiques, nouvelle(s) éthique(s) pour la banque ?

Partant de l’exemple de la banque Triodos qu’elle dirige, Patricia Piriou nous rappelle que l’argent est un moyen et non une fin. Créée sous la forme d’une fondation à la fin des années 1960, Triodos a été conçue comme une réponse à ceux qui souhaitent faire de leur épargne un usage « socialement utile ». Les investissements sont ainsi fléchés vers des projets qui favorisent les changements environnementaux, sociaux et culturels. Une dimension éthique qui ne vaut pas seulement pour les autres : la directrice rappelle que les écarts de salaires au sein du groupe ne dépassent pas le rapport de 1 à 10 et que les bonus n’existent pas…


7/03 Patricia Piriou - La difficile équation... par cerasvideo

Un défi essentiel : la substitution

La Caisse des dépôts et consignations Climat, en tant que banque de développement publique, a certainement un rôle à jouer dans le financement d’une transition énergétique juste en France. Pierre Ducret explicite ici les raisons de le penser : la CDC Climat est un prêteur à long terme à des taux avantageux, elle peut proposer des offres de garanties, et peut également intervenir sur ses fonds propres dans l’investissement d’infrastructures. Il insiste cependant sur une exigence de fond : l’essentiel du financement de la transition doit être mené par une substitution d’investissements « verts » à des investissements « marrons » ou neutres, et non par des investissements additionnels. Or des outils sont à mettre en place pour cela passant par les normes, des prix qui intègrent le coût du CO2, ou encore des systèmes de fléchage vers ces « investissements verts ».


7/04 Pierre Ducret - La difficile équation... par cerasvideo


7/05 Débat - La difficile équation financière... par cerasvideo

Texte : Marie Drique (Ceras/Revue Projet)

Vidéos : La cabane aux fées

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s