17 octobre 2011, Genève, Suisse. Journée mondiale du refus de la misère. Déclarations d'adultes et de jeunes membres du Mouvement international ATD Quart Monde.©UN photo/Pierre Albouy17 octobre 2011, Genève, Suisse. Journée mondiale du refus de la misère. Déclarations d'adultes et de jeunes membres du Mouvement international ATD Quart Monde.©UN photo/Pierre Albouy



 

Les politiques de lutte contre la pauvreté, pensées sans les pauvres, se retournent trop souvent contre eux. Fort de ce constat et de sa pédagogie, le Mouvement ATD Quart Monde a voulu imaginer l’après 2015 à partir du savoir, unique, des exclus.

À l’heure où les Nations unies et la Banque mondiale affirment que l’éradication de l’extrême pauvreté est possible d’ici à 2030, si l’humanité veut bien s’en donner les moyens, il n’est pas inutile de se situer dans une perspective historique longue. Au cours des siècles, la lutte contre la pauvreté s’est bien souvent transformée en lutte acharnée contre les...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.