Logo du site

Défaire la tyrannie du présent. Temporalités émergentes et futurs inédits

Jérôme Baschet La Découverte, 2018, 318 p., 21 €

Quatre ans après Adieux au capitalisme, le médiéviste Jérôme Baschet publie dans la même collection, « L’horizon des possibles », un essai qui tente de cerner la configuration temporelle dans laquelle nous serions plongés : la « domination d’un présent perpétuel dont le poids tend à étouffer la connaissance critique du passé autant qu’à obscurcir les perspectives de futur, à réduire aussi bien notre champ d’expérience que notre horizon d’attente ». Il tente de cerner la manière dont cette configuration s’est formée historiquement (en lien direct avec le développement d’une économie capitaliste), ainsi que, peut-être, les moyens d’en sortir… Il mobilise pour ce faire de vastes connaissances historiographiques et épistémologiques, interprétant notamment François Hartog, Reinhart Koselleck, Krzysztof Pomian… Comme dans son ouvrage précédent, son expérience zapatiste au Chiapas (État le plus pauvre du Mexique, situé au sud-est du pays) lui sert à la fois de base de réflexion et de fil conducteur. Outre son ambition théorique (esquisser une histoire anthropologique interculturelle), l’auteur s’interroge : contre un « capitalisme présentiste », synonyme d’enfermement, mais dont l’imprégnation dans les différentes sociétés est loin d’être uniforme, une histoire post-capitaliste est-elle possible ? Marqué du sceau de la pluralité et de l’incertitude, Jérôme Baschet souligne les différents efforts pour « rouvrir le futur, sans pour autant revenir au futur de la modernité. Un futur-espérance », présent au(x) monde(s) et aux autres, ancré dans le présent. Quant à l’hypothèse révolutionnaire – là encore, une voie ténue est suggérée par les zapatistes –, quoique peu probable, elle semble tenable « au sein d’un écheveau passablement confus et désordonné de devenirs hétérochroniques ». A-venir ?

Émilie Reclus
5 octobre 2018
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules