Logo du site

L’entreprise liquidée. La finance contre l’investissement

Tristan Auvray, Thomas Dallery et Sandra Rigot Michalon, 2016, 320 p., 19 €

Au terme d’un long travail collectif aux Bernardins (sous la direction de B. Roger et O. Favereau), Tristan Auvray, Thomas Dallery et Sandra Rigot, tous trois économistes, publient ici un essai sur la déconnexion qui s’est installée entre le monde de l’entreprise (et ses besoins d’investissement) et le monde de la finance (et ses exigences de rendement). L’analyse, partant d’un constat historique et d’une claire appréciation des processus mis en place, nous fait percevoir l’ampleur de la bulle financière, ses mouvements internes et le « désencastrement » progressif qui l’a conduite à ignorer l’intérêt structurel de l’entreprise. Le monde de la finance est devenu un jeu, un pari, déconnecté du réel, entièrement centré sur une valeur virtuelle : l’espérance d’un gain qui ne repose finalement que sur la perte du voisin. Face à cela, la réalité du monde n’a plus d’intérêt. La finance s’auto-suffit et oublie que le profit et la dette ne sont que le résultat d’un pari stratégique fragile, dans un monde toujours plus vaste et plus changeant. Et dans cette déconnexion dramatique, on perçoit combien l’enjeu social et humain devient dérisoire, alors qu’il devrait être au moins constitutif d’une quête du bien commun. Y a-t-il des solutions ? Le chemin tracé par l’étude tente d’en esquisser quelques-unes, axées autour d’une insistance sur l’investissement à long terme. Des pistes en ce sens sont déjà esquissées en Europe, mais elles se heurtent à bien des obstacles.

Claude Hériard Dubreuil
15 septembre 2016
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules