Logo du site
© bluesky85/iStock
© bluesky85/iStock

Pesticides : quand le bon sens a raison des lobbies Contre-pouvoirs


D’ici deux ans, en France, il ne sera plus possible d’exporter vers d’autres continents des pesticides interdits dans l’Union européenne. Une victoire écologique, remportée au terme de deux années d’une lutte féroce.


Certaines règles paraissent tellement ubuesques qu’il semble difficile de croire qu’elles existent vraiment. Imaginez que, en France, nous pouvons produire des pesticides à partir de molécules qui sont interdites dans l’Union européenne (UE) car dangereuses, afin de les exporter dans des pays tiers. L’atrazine, par exemple, est interdite depuis 2003 car trop dangereuse pour l’environnement et la santé humaine. Elle continue pourtant d’être produite en France et exportée vers de nombreux pays. Et l’incohérence ne s’arrête pas là : les denrées produites à l’étranger avec ces pesticides interdits reviennent ensuite légalement dans nos assiettes. Cette règle traduit une triple aberration. Écologique et éthique d’abord : on accepte de polluer d’autres régions du monde avec des produits qu’on refuse pour notre agriculture. Sanitaire ensuite : on expose les populations d’autres pays. Économique et sociale enfin : on met nos agriculteurs face à une compétition déloyale. Heureusement, cette incongruité prendra fin en 2022, au terme d’un combat de longue haleine, en trois rounds.

La loi Egalim ou la victoire par surprise

À l’entame du combat, la Fondation Nicolas Hulot (FNH) avait demandé la tenue d’états généraux de l’alimentation (Egalim) afin de sortir des oppositions stériles entre agriculteurs et défenseurs de l’environnement et trouver une voix commune à la réduction des pesticides. Pour y arriver, il fallait lever les obstacles, accompagner le changement et… être cohérent. On ne pouvait pas, d’un côté, vouloir interdire le glyphosate et massifier l’agroécologie et de l’autre, continuer à produire des pesticides dangereux pour les vendre ailleurs. Aussi la FNH avait-elle proposé deux amendements dans le cadre de la loi Egalim : l’un portant sur l’interdiction, dès 2020, de produire, stocker et f

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules