Logo du site

Maires Courage

Éric Kerrouche
Chercheur

À force de se focaliser sur les couleurs des mairies, on a tendance à oublier les hommes et les femmes qui s’engagent dans la vie municipale. Les conditions actuelles d’exercice des mandats locaux laissent pourtant à désirer. Il est temps de mettre en place de nouvelles règles statutaires pour revivifi...

Le garant de la fraternité

Véronique Fayet
Acteur de terrain

Nombre de questions sociales ne relèvent plus de l’échelon municipal. Les départements auraient-ils siphonné le pouvoir du maire ? Non. Car en tant qu’acteur local de référence, ce dernier doit veiller à ce que chaque citoyen accède à ses droits. Nombre de questions s...

Jouy-en-Josas. Récit édifiant d’un projet furtif

Pierre Narring
Responsable politique

Une municipalité favorable, des opérations d’insertion réussies, des locaux vacants : tous les éléments étaient réunis pour que s’implante un centre de formation pour réfugiés. Pourtant, ce projet a été abandonné… Une municipalite favorable...

Opaques métropoles

Gilles Pinson
Chercheur

La création de métropoles avait, à l’origine, pour objectif de réduire les inégalités entre les territoires. Mais, en matière de démocratie, la gouvernance de ces ensembles de plus de 400 000 habitants est pour le moins opaque. Comment les rapprocher des citoyens ? Entretie...

Le « blues des maires » : la faute de l’interco ?

David Guéranger
Chercheur

L’intercommunalité suscite de nombreux débats parmi les maires de France. Entretien avec David Guéranger, sociologue. L'intercommunalite suscite de nombreux debats parmi les maires de France Entretien avec David Gueranger sociologue Que pensent les maires de l'elaboration et du fonctionnement des intercommunalites On obse...

L’intercommunalité, l’autre enjeu des municipales

Apolline Prêtre
Acteur de terrain

Peu de citoyens savent que, lors des élections dites « municipales », ils élisent aussi les conseillers communautaires, qui siégeront à l’intercommunalité. Un paradoxe et un risque démocratique au regard de la place de premier plan qu’occupe aujourd’hui cet échelon d...

Saillans, les habitants au pouvoir

Lucile Leclair
Journaliste

À cinquante kilomètres au sud-est de Valence, les Saillansons expérimentent la démocratie directe : depuis les dernières élections municipales, un quart d’entre eux a participé aux décisions. Mais prendre le pouvoir et renverser les habitudes ne s’est pas fait en un jour. A ...

Des ronds-points à la mairie

Laurent Jeanpierre
Chercheur

Démocratisation radicale et relocalisation de la politique : à l’approche des élections municipales de 2020, ces aspirations du mouvement des « gilets jaunes » vont-elles s’incarner et se structurer dans la durée ? Democratisation radicale et relocalisation de la politique a l'...

La révolution municipale

Damien de Blic
Chercheur

En 1790 sont organisées les premières élections municipales françaises. Cet échelon devient décisif pour l’« apprentissage de la démocratie » : c’est historiquement à ce niveau que s’imposent progressivement les idées républicaines. En 179...

Raclette et politique

Vianney Louvet
Acteur de terrain

Tout a commencé au cours d’une soirée raclette. C’est à force de refaire le monde entre amis qu’est née l’association Tous Élus. Le but ? Être un tremplin pour tous ceux qui souhaitent s’engager dans les municipales. Tout a commence au cours d'une soiree raclette C'est a ...

Être maire, « la plus compliquée et la plus belle des fonctions »

Damien Carême
Responsable politique

Longtemps maire de Grande-Synthe (Hauts-de-France), Damien Carême est aujourd’hui député européen. Évoquer ce changement d’échelle, c’est interroger la capacité d’agir de nos élus et parler du vrai pouvoir des maires… Longtemps maire de Grande Synthe Hauts de Fran...

Municipales, la bonne échelle ?

Benoît Guillou
L'équipe de rédaction

Les maires demeurent les representants politiques les plus apprecies des Francais Le niveau de confiance a leur egard reste le plus eleve 71 bien avant tous les autres elus locaux ou nationaux Les raisons de ce plebiscite tiennent a un ensemble d'elements alliant proximite et exemplarite Quelle que soit la taille de la commune les quatre premieres...

Dossier : Le vrai pouvoir des maires
Crédits : Ocean Prod / iStock
Crédits : Ocean Prod / iStock

Le « blues des maires » : la faute de l’interco ?


L’intercommunalité suscite de nombreux débats parmi les maires de France. Entretien avec David Guéranger, sociologue.


Que pensent les maires de l’élaboration et du fonctionnement des intercommunalités ?

On observe un clivage à ce sujet. Celui-ci se voit très bien dans la bataille à laquelle se livrent deux associations. D’un côté, l’Assemblée des communautés de France (AdCF) est composée de maires qui promeuvent l’intercommunalité, la voient comme une institution légitime et ont pour objectif de la rendre plus visible (voir l’article d’Apolline Prêtre, conseillère à l’AdCF) ; de l’autre côté, l’Association des maires de France et des présidents d’intercommunalités (AMF) tient un discours plus critique. Selon elle, la crise des vocations mayorales, inédite dans l’histoire, serait en partie due au renforcement de cet échelon intercommunal. Tous les maires n’ont donc pas le même point de vue sur l’intercommunalité !

Il y a un clivage entre les maires des villes (grandes ou moyennes) et ceux des petites communes qui, en pratique, n’exercent pas du tout le même métier…

Cette dissension recoupe pour partie un clivage démographique entre les maires des villes (grandes ou moyennes) et ceux des petites communes qui, en pratique, n’exercent pas du tout le même métier… Ainsi, lorsque l’AdCF martèle qu’on ne reviendra pas sur le développement des métropoles et des communautés, elle s’adresse surtout aux maires des grandes villes qui, avec les réformes successives, ont tiré leur épingle du jeu. Mais la réalité est différente pour les communes plus petites.

Pour ces élus des petites communes, le « blues des maires » serait alors lié à l’échelon intercommunal ?

L’intercommunalité peut signifier des choses très différentes. Pour certains, qui s’y investissent, elle est synonyme de nouvelles responsabilités, de moyens nouveaux, parfois d’indemnités supplémentaires. Pour ceux qui ne s’y investissent pas, en revanche, c’est plutôt une couche supplémentaire, plus éloignée, dont le développement menace leur commune. Ajoutons que plus la commune est grande, plus le maire est incité à siéger dans les structures intercommunales. On comprend ici pourquoi les maires des petites communes sont, tendanciellement, plus critiques à l’endroit de l’intercommunalité.
Mais la critique ne vise pas seulement l’interco. À mon sens, le « blues des maires » (qui est bien un « blues des maires des petites communes ») vient plutôt d’un sentiment de décalage. En effet, beaucoup d’entre eux se sont engagés dans leur mandat par conviction, pour rendre service, pour répondre à une sollicitation, de manière quasi bénévole bien souvent. Or la gestion publique locale s’est considérablement complexifiée ; elle subit en outre un désengagement de l’État : des dotations qui ne cessent de se réduire, des normes qui se multiplient, des services qui désertent le territoire. Il devient de plus en plus difficile de tenir son rôle quand on manque de moyens, de temps et d’interlocuteurs pour le faire. Pour moi, c’est à un sentiment d’impuissance que tient le « blues des maires ». Certes, l’intercommunalité n’arrange rien à l’affaire, mais ce n’est pas la cause première.

Les intercommunalités cultivent un apolitisme qui, comme souvent, sert une idéologie libérale.

Dans vos travaux, vous soulignez la recherche de consensus comme écueil des intercommunalités. Le consensus n’est-il pas utile en politique ?

Pour paraphraser le philosophe Alain : « Le consensus fait la force, mais la force de qui ? » Dans nos travaux avec Fabien Desage, nous avons d’abord voulu montrer que le consensus se construit : il y a derrière des négociations, des compromis, des ajustements, qui traduisent finalement une véritable absence de consensus ! Dans le même temps, ces compromis bénéficient rarement aux populations les plus vulnérables. Avec un consensus intercommunal, comment obliger un maire à construire des logements sociaux sur sa commune, par exemple ? De même, comment obtenir le rééquilibrage entre les territoires riches et les territoires pauvres ? Ce n’est pas impossible, mais très compliqué. Bien souvent, la recherche du consensus rend invisible les plus pauvres, elle les prive de leurs capacités à se faire représenter. Les intercommunalités cultivent un apolitisme qui, comme souvent, sert une idéologie libérale et penche plutôt à droite.

L’élection directe des élus communautaires par scrutin fléché ne change-t-elle pas la donne ?

Attention à ce scrutin : ce n’est pas un vote comme les autres. Vous ne pouvez pas déchirer votre bulletin en deux pour voter communiste aux municipales et écolo ou LREM à l’intercommunalité. En outre, ce scrutin, instauré en 2010, vient lui-même d’un compromis entre le gouvernement de l’époque, l’AdCF et l’AMF. La priorité du gouvernement n’était pas alors de démocratiser l’intercommunalité, mais de supprimer la taxe professionnelle, un impôt perçu par les collectivités locales. L’AdCF a vu dans le scrutin fléché une manière d’obtenir un quitus sur le lancinant problème de « déficit démocratique » de l’intercommunalité. Quant à l’AMF, elle a estimé qu’elle avait sauvé les meubles en écartant l’hypothèse d’un scrutin de liste ou d’une élection directe du président de l’intercommunalité. Selon le point de vue, le scrutin fléché apparaît donc comme une avancée ou un ajournement. Par ailleurs, le suffrage est loin de subsumer la démocratie locale. Celle-ci a également besoin, pour fonctionner, d’une participation politique forte (au-delà du vote), d’enjeux qui incitent à aller voter, de médias locaux qui sachent intéresser…

Propos recueillis par Martin Monti-Lalaubie le 19 novembre 2019.

Pour aller + loin

Fabien Desage, David Guéranger, « La démocratisation de l’intercommunalité n’aura pas lieu », Savoir/Agir, n° 11, 2010, pp. 19-27.

« Municipales 2020 : manifeste pour une démocratie locale réelle », mediacites.fr, 2019.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules