Logo du site

Accorder catholicisme et politique Entretien avec Jaklin Pavilla, élue à Saint-Denis


Pouvez-vous présenter la ville la plus peuplée de Seine-Saint-Denis ?

Saint-Denis, qui compte 110 000 habitants, est une ville marquée par la pauvreté : dans certains quartiers, le taux de chômage est supérieur à 40%. On trouve aussi de nombreux retraités sous le seuil de pauvreté. Elle est considérée comme la troisième ville la plus pauvre en France métropolitaine, après Aubervilliers et Roubaix. Mais Saint-Denis est également une «ville monde» où se côtoient au quotidien plus de 130 nationalités. La population est très jeune : 45% des habitants ont moins de trente ans. C’est enfin une ville solidaire et résistante : on dénombre plus de 1 500 associations sur la ville. Chaque jour, je suis témoin de la force de l’engagement bénévole, de celui des femmes en particulier.

Êtes-vous adhérente au Parti communiste, dans une ville où celui-ci est au pouvoir depuis plus de soixante ans ?

Si je partage des valeurs avec les communistes, notamment au sujet de l’accueil des migrants, je n’ai pas pris ma carte. Je travaille de façon étroite avec eux, mais je me sens très libre. C’est pour moi un vrai choix que de rester au niveau de la société civile. C’est aussi un enjeu important : très souvent, lorsque l’on n’est pas d’accord, on ne travaille pas ensemble. On crée sa propre équipe, on se présente contre telle personne, tel parti… Je trouve cela regrettable. Si on n’est pas en capacité de travailler ensemble malgré nos différences, on va droit dans le mur. C�

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Question en débat
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules