Logo du site
Dossier : Climat : qu'attendre des entreprises ?

Lancer une alerte climat

© Mélanie Poulain / FlickR
Lanceurs d’alerte VS multinationales : un match truqué, un verdict inacceptable !
29 juin 2016
© Mélanie Poulain / FlickR Lanceurs d’alerte VS multinationales : un match truqué, un verdict inacceptable ! 29 juin 2016
Évasion fiscale, Mediator, crimes ou maltraitance… autant de scandales qui ont éclaté parce que des individus ont fait prévaloir leur éthique sur leur intérêt, leur carrière sinon leur sécurité. Le climat aura-t-il, lui aussi, ses lanceurs d’alerte ? Retour sur ce que permet la loi.

« À tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir », René Char, Feuillets d’Hypnos.

Sous la pression de la société civile (18 ONG coordonnées par Transparency France), dont la vigilance n’a pas faibli tout au long des trois lectures au Parlement, et grâce à l’engagement du gouvernement et de l’Assemblée nationale, la France a adopté le 9 décembre 2016 un régime général de protection des lanceurs d’alerte parmi les plus avancés au monde1. La définition retenue est large, comme le demandaient les ONG. Outre le signalement ou la révélation d’une violation de la loi, nationale ou internationale, elle est étendue à « une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général ». De surcroît, elle n’est plus limitée au cadre du travail : « une personne physique qui révèle ou signale, de manière désintéressée et de bonne foi, un crime ou un délit, une violation grave et manifeste d’un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d’un acte unilatéral d’une organisation internationale pris sur le fondement d’un tel engagement, de la loi ou du règlement, ou une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général, dont elle a eu personnellement connaissance. » Adoptée sur le fondement du cas d’Antoine Deltour (Luxleaks), cette définition inclut donc aussi bien le risque grave pour le climat ou la santé que l’optimisation fiscale agressive…

En cas de danger grave et imminent ou de risque de dommages irréversibles, l’alerte peut être immédiatement rendue publique.

Une procédure de signalement sécurisée est instaurée avec 3 paliers : l’alerte doit d’abord être lancée par voie interne puis, si nécessaire, via le régulateur, voire auprès de la société civile. Mais en cas de danger grave et imminent ou de risque de dommages irréversibles, l’alerte peut être immédiatement rendue publique. Par ailleurs, des dispositifs d’alerte doivent être obligatoirement mis en place (pour des lanceurs d’alerte internes et externes) dans toute organisation d’au moins 50 salariés2 et offrir une stricte garantie de confidentialité sous peine de sanctions pénales (2 ans de prison et 30 000 euros d’amende). Enfin Une autorité indépendante3, le Défenseur des droits, est chargé d’orienter les lanceurs d’alerte (à toute étape de celle-ci) et de veiller à leurs droits et libertés. Il a le pouvoir d’investigation et le secret de l’instruction ne peut lui être opposé.

La loi garantit au lanceur d’alerte une irresponsabilité pénale pour les secrets protégés par la loi, hors trois exceptions : la défense nationale, le secret médical et la relation avocat-client.

La loi garantit au lanceur d’alerte (citoyen ou salarié) une irresponsabilité pénale pour les secrets protégés par la loi, hors trois exceptions : la défense nationale, le secret médical et la relation avocat-client. Mais rappelons que la loi relative au renseignement du 24 juillet 2015 prévoit un dispositif spécifique de protection pour ces personnels et qu’il existe des exceptions légales au secret médical et à la relation avocat-client. Il est également protégé contre toutes représailles, qui sont frappées de nullité (l’agent public ou le salarié doit être réintégré en cas de révocation ou licenciement). Enfin, des sanctions civiles et pénales sont prévues pour divulgation des identités ou des faits révélés, pour obstacle « de quelque façon que ce soit » au signalement, ou pour procédure abusive en diffamation contre le lanceur d’alerte.

Cette législation offre ainsi une solide protection mais elle est évidemment encore perfectible. Son but est de développer une culture partagée de la responsabilité dans toute organisation comme dans la cité. Selon l’historien grec Polybe, la liberté de dire la vérité (parrhèsia) est un pilier essentiel de la démocratie.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Le PIB nous mène dans l’impasse

Parce qu’il ne comptabilise pas tout, qu’il est incapable de mesurer le progrès social, qu’il est aveugle aux limites de la planète, le PIB nous mène dans l’impasse. Chez les économistes, la prise de conscience est lente. Mais elle a lieu. Le produit intérieur brut (PIB) et sa croissance sont passés depuis longtemps, pour ceux qui nous dirigent, du statut d’outils de technique comptable relativement pertinents1 dans leur domaine (la mesure de la production économique dans la sphère monétaire) à ...

Du même dossier

Responsabilité climatique des entreprises : la stratégie de l'esquive

Comment les grands groupes, notamment les sponsors de la Cop21, communiquent-ils sur leurs émissions de gaz à effet de serre ? Sont-ils prêts à être transparents ? À tenir compte de toutes leurs chaînes d’approvisionnement ? Pas si sûr. À l’occasion de la Cop21, qui s’est tenue à Paris fin 2015, le Basic a évalué, en partenariat avec l’Observatoire des multinationales, les actions engagées par les principaux sponsors français de l’événement pour lutter contre le changement climatique. Il s’agiss...

Quand la finance veut sauver le climat

La planète finance se serait-elle mise au vert ? Depuis deux ou trois ans, le monde d’ordinaire plutôt conservateur des investisseurs ne cesse d’innover pour évaluer et réduire l’empreinte carbone des portefeuilles financiers. Description et analyse. En 2007, les premiers fonds verts – investis dans les entreprises agissant dans les secteurs de l’environnement : eau, énergies renouvelables, déchets – apparaissent aux investisseurs comme une nouvelle aubaine. Ceux-ci connaissent alors des taux de...

Entreprises et climat : pour un prix du carbone efficace

La transition énergétique nécessite une réallocation urgente et massive des investissements vers une économie décarbonée. À condition que la tarification du carbone, outil central, ne soit pas vue comme une contrainte. Et sur cette question, le chemin semble encore long. Décarboner l’économie est un besoin vital pour échapper aux conséquences désastreuses d’un réchauffement climatique. C’est dans cette perspective que s’inscrit la tarification du carbone. Il ne s’agit pas seulement de produire d...

1 Loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique.

2 Décret n° 2017-564 du 19 avril 2017 relatif aux procédures de recueil des signalements émis par les lanceurs d’alerte au sein des personnes morales de droit public ou de droit privé ou des administrations de l’État.

3 Loi organique n° 2016-1690 du 9 décembre 2016 relative à la compétence du Défenseur des droits pour l’orientation et la protection des lanceurs d’alerte.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules