Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Climat : qu'attendre des entreprises ?

Lancer une alerte climat

© Mélanie Poulain / FlickR
Lanceurs d’alerte VS multinationales : un match truqué, un verdict inacceptable !
29 juin 2016
© Mélanie Poulain / FlickR Lanceurs d’alerte VS multinationales : un match truqué, un verdict inacceptable ! 29 juin 2016
Évasion fiscale, Mediator, crimes ou maltraitance… autant de scandales qui ont éclaté parce que des individus ont fait prévaloir leur éthique sur leur intérêt, leur carrière sinon leur sécurité. Le climat aura-t-il, lui aussi, ses lanceurs d’alerte ? Retour sur ce que permet la loi.

« À tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir », René Char, Feuillets d’Hypnos.

Sous la pression de la société civile (18 ONG coordonnées par Transparency France), dont la vigilance n’a pas faibli tout au long des trois lectures au Parlement, et grâce à l’engagement du gouvernement et de l’Assemblée nationale, la France a adopté le 9 décembre 2016 un régime général de protection des lanceurs d’alerte parmi les plus avancés au monde1. La définition retenue est large, comme le demandaient les ONG. Outre le signalement ou la révélation d’une violation de la loi, nationale ou internationale, elle est étendue à « une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général ». De surcroît, elle n’est plus limitée au cadre du travail : « une personne physique qui révèle ou signale, de manière désintéressée et de bonne foi, un crime ou un délit, une violation grave et manifeste d’un engagement international régulièrement ratifié ou approuvé par la France, d’un acte unilatéral d’une organisation internationale pris sur le fondement d’un tel engagement, de la loi ou du règlement, ou une menace ou un préjudice graves pour l’intérêt général, dont elle a eu personnellement connaissance. » Adoptée sur le fondement du cas d’Antoine Deltour (Luxleaks), cette définition inclut donc aussi bien le risque grave pour le climat ou la santé que l’optimisation fiscale agressive…

En cas de danger grave et imminent ou de risque de dommages irréversibles, l’alerte peut être immédiatement rendue publique.

Une procédure de signalement sécurisée est instaurée avec 3 paliers : l’alerte doit d’abord être lancée par voie interne puis, si nécessaire, via le régulateur, voire auprès de la société civile. Mais en cas de danger grave et imminent ou de risque de dommages irréversibles, l’alerte peut être immédiatement rendue publique. Par ailleurs, des dispositifs d’alerte doivent être obligatoirement mis en place (pour des lanceurs d’alerte internes et externes) dans toute organisation d’au moins 50 salariés2 et offrir une stricte garantie de confidentialité sous peine de sanctions pénales (2 ans de prison et 30 000 euros d’amende). Enfin Une autorité indépendante3, le Défenseur des droits, est chargé d’orienter les lanceurs d’alerte (à toute étape de celle-ci) et de veiller à leurs droits et libertés. Il a le pouvoir d’investigation et le secret de l’instruction ne peut lui être opposé.

La loi garantit au lanceur d’alerte une irresponsabilité pénale pour les secrets protégés par la loi, hors trois exceptions : la défense nationale, le secret médical et la relation avocat-client.

La loi garantit au lanceur d’alerte (citoyen ou salarié) une irresponsabilité pénale pour les secrets protégés par la loi, hors trois exceptions : la défense nationale, le secret médical et la relation avocat-client. Mais rappelons que la loi relative au renseignement du 24 juillet 2015 prévoit un dispositif spécifique de protection pour ces personnels et qu’il existe des exceptions légales au secret médical et à la relation avocat-client. Il est également protégé contre toutes représailles, qui sont frappées de nullité (l’agent public ou le salarié doit être réintégré en cas de révocation ou licenciement). Enfin, des sanctions civiles et pénales sont prévues pour divulgation des identités ou des faits révélés, pour obstacle « de quelque façon que ce soit » au signalement, ou pour procédure abusive en diffamation contre le lanceur d’alerte.

Cette législation offre ainsi une solide protection mais elle est évidemment encore perfectible. Son but est de développer une culture partagée de la responsabilité dans toute organisation comme dans la cité. Selon l’historien grec Polybe, la liberté de dire la vérité (parrhèsia) est un pilier essentiel de la démocratie.


J'achète Le numéro !
Climat : qu'attendre des entreprises ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Climat : « Le fardeau pourrait être très lourd pour les jeunes générations »

Avant la sortie du prochain rapport du Giec prévu pour 2018, la Revue Projet fait le point sur l'objectif 2 °C signé par les États, à l'issue de la Cop21, avec Valérie Masson-Delmotte, paléoclimatologue et co-présidente du groupe de travail numéro 1 du Giec. Entretien. Des travaux récents1 estiment que l’objectif des +2°C est déjà pratiquement (à 95 % de probabilité) hors de portée... Qu’en est-il vraiment ?Valérie Masson-Delmotte - L’objectif de stabilisation du climat de l’accord de Paris est...

Inciter ou contraindre l’entreprise : une brève histoire de la RSE

Longtemps conçue comme un acteur purement privé encadré par la loi, l'entreprise est-elle devenue un acteur politique à part entière ? Écologiquement oui, sans le moindre doute. Le droit international peine à le reconnaître. Aux citoyens d'amplifier leurs mobilisations ! Entre 1750 et 2013, la concentration atmosphérique en dioxyde de carbone (CO2) est passée de 280 à 400 parties par million, un niveau jamais égalé depuis trois millions d’années. Cette recomposition de l’atmosphère est directeme...

Entreprise et climat : au-delà de l’utilitarisme

Pour amener les entreprises à prendre en compte les enjeux climat, les uns misent sur des leviers réglementaires, les autres sur des leviers politiques, ou encore managériaux. Mais avons-nous besoin d’une éthique pour y parvenir ? Et si oui, laquelle ? Les contributions de ce numéro font apparaître comment les stratégies actuelles des entreprises reflètent une vision gestionnaire qui s’ouvre à une interrogation éthique, mais de manière quasiment toujours conditionnelle. Dans cette approche utili...

1 Loi n° 2016-1691 du 9 décembre 2016 relative à la transparence, à la lutte contre la corruption et à la modernisation de la vie économique.

2 Décret n° 2017-564 du 19 avril 2017 relatif aux procédures de recueil des signalements émis par les lanceurs d’alerte au sein des personnes morales de droit public ou de droit privé ou des administrations de l’État.

3 Loi organique n° 2016-1690 du 9 décembre 2016 relative à la compétence du Défenseur des droits pour l’orientation et la protection des lanceurs d’alerte.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules