Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Inégalités, un défi écologique ?

Pour que d’autres puissent simplement vivre


En 2015, la fortune cumulée de 62 personnes équivaut à celle de la moitié la plus pauvre de l’humanité, selon Oxfam ! Même si la méthode de calcul peut toujours être débattue, le chiffre reflète une réalité insupportable. Si les inégalités entre pays ont reculé au cours des dernières décennies (Afrique subsaharienne mise à part), celles entre individus ont explosé – et plus encore en termes de patrimoine que de revenus. Dans des proportions certes variables selon les pays – la France se situant quelque part entre le Danemark et les États-Unis – elles ont atteint une telle ampleur que même le Fonds monétaire international, longtemps le héraut du néolibéralisme, s’en inquiète. Mais pas nécessairement pour les bonnes raisons : comme si de leurs incidences sur la croissance pouvait dépendre notre tolérance aux inégalités (cf. R. Sénac) !

Comment justifier de pareils écarts ? Certainement pas par le mérite, contrairement à ce qu’une idéologie sournoise avance comme une vérité scientifique (cf. D. Girardot) : selon la Banque mondiale, notre niveau de revenu s’explique pour 60 % par notre pays de résidence, et pour 20 %, par notre origine sociale (cf. M. Duru-Bellat) … Et pourtant, bien des hommes et des femmes en bas de l’échelle sont renvoyés à la terrible accusation d’être, par leur faute, « inutiles » pour la société (cf. P.N. Giraud et les propos recueillis par J.-M. Boisselier). Les écarts de richesse rendent nos sociétés malades – du stress, de la dépression, de la délinquance (cf. R. Wilkinson) … Ils travestissent nos démocraties, jusqu’à les transformer en « ploutocraties ». Mais il y a plus.

Les inégalités mettent aujourd’hui en péril les conditions de vie sur terre – et d’abord pour les plus pauvres (cf. M. Drique et C. Lejeune). Elles nourrissent la spirale consumériste quand le mode de vie insoutenable des plus riches est érigé en modèle ; elles fragilisent la cohésion sociale et le crédit des autorités politiques au moment où il faudrait engager de lourdes mutations ; elles mettent en position de force ceux-là mêmes qui fondent leur fortune sur des modes de production et de consommation insoutenables. Loin de concurrencer l’impératif de justice sociale, la sauvegarde de notre maison commune en fait une question de survie pour l’humanité. Mais il ne suffira pas de mieux répartir les richesses, si celles-ci sont assises sur le dérèglement du climat, l’élimination des espèces et la surexploitation des ressources.

L’humanité dans son ensemble devra trouver une forme de sobriété. Sans renoncer à offrir des conditions de vie dignes aux centaines de millions d’êtres humains aujourd’hui privés de l’essentiel. Un plancher social, un plafond écologique : l’espace situé entre ces deux balises est le seul horizon éthiquement acceptable pour notre humanité (cf. K. Raworth). Le défi est colossal : pas un pays ne concilie aujourd’hui ces deux impératifs. Mais une chose est certaine : cet horizon est inaccessible sans une réduction drastique des inégalités. Non pas « l’élévation » de l’humanité entière au mode de vie occidental, mais bien plutôt une convergence vers des modes de vie sobres et décents. Les transformations requises dans nos pays riches sont profondes. Car le lien entre niveau de richesse et empreinte écologique, sans être mécanique, est étroit : nous sommes, avec les riches des pays émergents, ceux qui importons le plus, qui nous déplaçons le plus, qui émettons le plus grand volume de gaz à effet de serre (cf. N. Gondran et A. Boutaud).

Réduire les inégalités : une exigence écologique et sociale. C’est cette conviction, aujourd’hui partagée par un ensemble d’associations et syndicats, de sensibilités et de missions sociales variées, avec lesquels la Revue Projet travaille depuis deux ans, qui anime ce numéro. Qui préside aussi à la tenue d’un colloque au Conseil économique social et environnemental, du 16 au 18 février 2017. Avec une grande modestie : la profondeur des ruptures à opérer invite d’abord à explorer des pistes – reconnaissance des biens communs (cf. M. Renault), allocation universelle (cf. F. Augagneur), réforme des institutions (cf. C. Guimont)…, à en débattre. Avec détermination, car le monde à naître est déjà en gestation, notamment à l’échelle locale – des coopératives d’énergie allemandes (cf. A. Rüdinger) à certaines collectivités locales (cf. S. Anderson). Mais aussi parce qu’il faudra vaincre bien des résistances pour plafonner les écarts de revenus (cf. L. Leclair et J. Merckaert) ou réallouer les rentes aujourd’hui captées par quelques-uns (cf. P. Askenazy). Avec enthousiasme enfin, parce que la sobriété n’est pas une mode, ni un acte de contrition, mais la reconnaissance que nous appartenons à une même famille humaine : il s’agit, comme y invitait Gandhi, de « vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre ».


À lire dans la question en débat
« Inégalités, un défi écologique ? »



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Ambivalente gouvernance

Définie comme un mode de décision partagée au service de la modernisation politique, la « gouvernance » se présente sous des atours séduisants. Or, le vernis démocratique de ce mot-valise issu du privé s’écaille rapidement. George Orwell brillait par sa capacité à montrer combien le glissement sémantique dit toujours quelque chose du pouvoir et de la manière dont il s’exerce. De Michel Foucault à Frédéric Lordon,...

Du même dossier

L’égalité n’a pas à être «performante»

Plus de femmes ou d’immigrés, c’est « bon pour la croissance » ? Défendre l’égalité au nom de la « performance » est une démission politique. L’égalité doit rester un principe sans conditions, non soumis à la loi du marché. « Plus de femmes dans les instances dirigeantes des entreprises, c’est une valeur ajoutée. » « La diversité, c’est bon pour le business. » « Plus d’immigrés, ça améliore la croissance. » De tels arguments se retrouvent de plus en plus fréquemment, à gauche comme à droite1. Pe...

Éradiquer toute tolérance envers les inégalités

Les pauvres ? Ils le méritent bien. De même, les riches seraient récompensés de leur talent... Imposture idéologique, quand le niveau de revenus dépend avant tout du pays et du milieu où l'on naît ! Quel rôle l'école peut-elle jouer pour délégitimer la méritocratie, qui fait le lit des inégalités ? Dans les démocraties comme la nôtre, les êtres humains sont déclarés égaux. Accepter que leur sort soit si inégal exige donc de mobiliser un discours de justification. Pour cela, c’est ce que les pers...

Vers un plafonnement des écarts de revenus

« Réduire les inégalités, une exigence écologique et sociale » (voir notre colloque des 16-18 fév. 2017). Oui mais comment ? L'appel gandhien à « vivre simplement pour que d'autres puissent simplement vivre » n'invite-t-il pas à plafonner les écarts de revenus ? Une proposition prise au sérieux par les associations partenaires de ce numéro. Ce texte est le fruit de nos échanges avec elles. Aujourd’hui en France, les rémunérations, stock-options comprises, varient de 1 à 1000 : un PDG de banque p...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules