Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Je suis débordé, donc je suis ?

Ce qui se joue dans l’art

L’art n’est pas qu’un divertissement superflu. Bien au contraire. Il se joue dans la contemplation de l’œuvre d’art quelque chose d’essentiel. Quelque chose d’intangible, qui nous soustrait au tourbillon du quotidien.

L’art constitue l’une des forces les plus puissantes pour briser et percer à jour tous les systèmes d’enfermement, de fragmentation du temps et de servitude plus ou moins volontaire. Mais cela est dissimulé, occulté, comme le montre l’étonnante disproportion entre les enjeux artistiques et le cas qui en est fait. Parmi l’immense foule de nos contemporains, combien éprouvent la nécessité urgente de l’art ? Combien le prennent tout à fait au sérieux ? J’ai participé, il y a un an, à un séminaire d’universitaires et de praticiens (gens sans conteste cultivés) réunis pour s’interroger sur les grands problèmes travaillant notre société. Nous étions répartis en ateliers selon les divers thèmes, chacun choisissant celui qui lui paraissait le plus important. J’animais l’atelier sur l’art. Personne n’est venu dans ma salle, hormis celui qui est passé prendre une chaise pour l’atelier voisin.

Et pourtant ! Que signifient ces interminables files d’attente aux portes des expositions ? Que vont-ils voir ? Et quand ils ressortent, qu’ont-ils contemplé au musée ? Un roseau agité par le vent ? Que sont-ils allés faire ? Apporter leur soutien involontaire aux analyses de Pierre Bourdieu sur la distinction ? Peut-être, peut-être. Mais enfin, le fait est là : si les œuvres d’art sont capables de déplacer des foules, c’est que celles-ci flairent quelque chose d’important, qui leur parle. Mais de quoi ? Et puis les visiteurs rentreront chez eux, parfois bouleversés. Mais s’ils sont convoqués à prendre une décision d’ordre éthique ou politique, rien ne leur suggérera qu’elle provient en droite ligne des œuvres qu’ils ont vues, que ce qu’ils ont engagé dans le discernement mené est de même nature que ce qui s’est joué dans la contemplation des œuvres, du même style de recul et d’inscription dans une tout autre temporalité.

Ce paradoxe soulève au moins deux questions : que se joue-t-il dans l’art ? Pourquoi la connexion avec d’autres champs ne s’opère-t-elle pas de soi ? Une œuvre d’art, c’est d’abord un objet perceptible, sensible, posé là, devant vous ou bien audible de sorte qu’à le voir ou à l’entendre, vous changez de monde, vous entrez dans le sien. Mais les œuvres se comportent comme des personnes et non comme des objets. Vous passez entre les objets, vous les saisissez pour les manipuler. En revanche, vous entrez dans la sphère d’influence des œuvres. Elles ont leur espace propre, annexé, qualifié par elles, comme si, d’une certaine façon, elles vous regardaient, vous évaluaient et vous connaissaient.

On ne voit, on n’entend qu’une seule œuvre à la fois, mais alors elle devient, elle qui vous est si extérieure qu’elle fait événement, ce qu’il y a de plus intime.

Cependant, à la différence des personnes, elles se taisent. Et si elles parlent, comme au théâtre ou au cinéma, elles ne vous répondent pas, elles n’entrent pas en conversation avec vous. Bien plutôt, leur manière de qualifier l’espace qu’elles annexent consiste à le supprimer, à ne laisser face à face qu’elles et vous, singularité devant une singularité. Vous ne voyez rien d’autre, vous n’entendez rien d’autre : autant dire qu’on ne voit, qu’on n’entend qu’une seule œuvre à la fois, mais alors qui devient, elle qui vous est si extérieure qu’elle fait événement, ce qu’il y a de plus intime. Elle devient votre intériorité. Ce qui se dévoile en l’œuvre vous en apprend, certes, beaucoup sur vous-même. Elle peut aussi vous apprendre quelque chose sur son auteur ou sur elle-même. Mais cela est sans importance à côté du véritable enjeu qui est de vous mettre, vous qui la contemplez, devant un processus que seules les œuvres (à deux réserves près) sont capables de déployer : un être concret qui n’en finit pas de venir au jour, d’arriver jusqu’à son apparaître sensible, de monter à sa propre surface – sa peau – depuis une profondeur inouïe, depuis une origine qui n’est pas l’auteur, bien que, sans sa médiation, rien ne se serait produit – et que vous pouvez nommer à votre gré le monde, l’être, la vie, l’absolu, le divin. En cet instant, comme Job, vous pouvez vous écrier : « Je ne te connaissais que par ouï-dire, mais maintenant mes yeux t’ont vu1 ». Car une joie vous a envahi, une joie qui n’a pas plus de raison d’être que le monde lui-même2, lequel ne trouve en effet nulle autre raison d’être que l’immense joie qu’il y a à être. C’est pourquoi vous pouvez aussi voir monter à leur propre surface, avec la même émotion et la même joie, les paysages, les grenouilles et les libellules, les aigles et les sauterelles – et ceux et celles que vous aimez ; les deux autres passages vers l’absolu.

Mais alors, si l’art a une telle force, si, en particulier, il rend capable de percevoir à quel point tout est possible, s’il est directement connecté à ce qui, en chacun tout autant que dans les sociétés, est capable de tout bouleverser et de tout renouveler, de redonner le goût et la force de vivre, comment se fait-il qu’il ne soit pas davantage mobilisé ?

La raison est pour une part idéologique. Elle relève d’une stratégie inconsciente d’esquive à l’égard de ce qui compte, d’une méfiance instinctive à l’égard de la gratuité et de l’inattendu, de tout ce qui n’est pas investi dans les systèmes de dérivation comme l’argent et le pouvoir3, la production et la sécurité, dont l’obsession est la transparence et le leitmotiv : « Que nul ne soit perdu de vue, que l’on sache toujours ce qu’il pense, comment il se vêt et ce qu’il mange, car rien ne me fait plus peur que quelqu’un qui sait que tout est possible. » Or qui est davantage perdu de vue que celui qui s’est rendu jusqu’à la source capable d’engendrer les œuvres d’art ? À tel point que cela même, il importe de le nier. Pour cette pensée – exactement comme celle qui tient que les convictions religieuses doivent être confinées dans le domaine privé, tolérées pourvu qu’elles soient apprivoisées, discrètes et inoffensives, de l’ordre du loisir ou du cérémoniel –, l’art doit être confiné dans l’inessentiel, à moins que ses œuvres ne ressurgissent dans l’horizon sérieux du marché.

Ce qui se joue dans l’art est si profond, si radical qu’il n’existe pas de passage entre lui et l’action.

Mais il y a aussi une raison plus sérieuse et essentielle, qui d’ailleurs fonde la position idéologique : ce qui se joue dans l’art est si profond, si radical qu’il n’existe pas de passage entre lui et l’action. La médiation ne peut se faire que par les individus existants, réels, concrets et leur intime transformation. Il y a un abîme. Cet abîme, il importe pourtant à la pensée qu’elle le franchisse, sinon elle mourra d’épuisement, privée de sa source. Ni la théologie, ni la philosophie, ni la pensée politique, avec bien sûr des exceptions4, ne semblent demander à l’art ce qu’il ne cesse de leur offrir. On pourrait rêver qu’il en aille autrement. Ce serait le paradigme même de notre rapport à la réalité et au temps qui serait changé. Dans une telle voie, nous ne partons pas de rien, puisque les États ont été capables de prendre l’art assez au sérieux pour fonder des institutions, des musées, des écoles et puisqu’ATD-quart monde inscrit, parmi les besoins les plus fondamentaux de ceux qui n’ont rien, la beauté.



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Avancées et faiblesses de la démocratie

Resumé Les avancées de la gouvernance démocratique sont considérables. Mais les systèmes légaux sont fragiles, et les disparités sociales profondes. La société civile manifeste une grande vitalité. Dès leur indépendance vis-à-vis du joug colonial, les pays d’Amérique latine se sont dotés de constitutions proclamant la suprématie de la souveraineté populaire comme unique source de légitimité politique et, très tôt, des élections ont été organisées. Pourtant, l’histoire – durant la majeure partie ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même dossier

Médias, politique : trouver le bon rythme

Le monde politique s’est embarqué dans la course à l’information et à l’émotion engagée par les médias. Mais la gesticulation ne fait pas une politique. La démocratie exige du temps et des institutions pour permettre de dégager un horizon porteur de sens. Nous sommes les contemporains d’une mutation majeure de notre rapport au temps. Celui-ci n’a évidemment pas accéléré, mais, selon le physicien Étienne Klein, « par un effet de contagion entre contenant et contenu, nous sommes portés à attribuer...

Habiter sa vie au temps de l’accélération : une quête spirituelle ?

Face à une accélération dont H. Rosa qualifie l’emprise de totalitaire, il existe des processus de décélération, parmi lesquels les offres de développement personnel. Quelle en est la réelle efficacité ? Nos sociétés occidentales ne disposent-elles pas, dans leurs sources spirituelles propres, des moyens de se dégager de l’aliénation liée à ce processus d’accélération ? Depuis l’année 2000, une fois par an, à Ambazac (Haute-Vienne), de vrais gendarmes, mais à cheval et en uniforme du XIXe siècle...

« Quand vous êtes passionné, le shopping vous ennuie »

Entretien - Se libérer de l’hyperconsommation pour sauver la planète ? Rêve de bobo, pour Gilles Lipovetsky. Si la consommation n’offre qu’un bonheur paradoxal, elle répond à une quête de plaisir et de découverte qu’on ne saurait méconnaître. « L’empire de l’éphémère » : ainsi avez-vous décrit l’accélération du changement dans la mode et l’apparition incessante de nouveaux besoins. L’hyperconsommateur en est-il uniquement le produit ?Gilles Lipovetsky - J’ai utilisé cette expression dans les ann...

Du même auteur

La signature des libellules

L’extraordinaire beauté de la nature interroge d’autant plus qu’elle semble radicalement gratuite. Le philosophe, photographe et odonatologue Alain Cugno nous livre les morceaux choisis d’une fascination philosophique pour les libellules. Les libellules, en tant qu’insectes, ont payé un très lourd tribut à notre mode de vie. Passant la majeure partie de leur vie à l’état larvaire dans les eaux douces, elles se trouvent menacées par la diminution dramatique des mara...

Trois pistes pour refonder la représentation

Fonctionnement en circuit fermé, sacralisation du vote, oubli des non-humains… Nombreux sont les écueils qui menacent la représentation. Le philosophe Alain Cugno propose trois pistes pour refonder cette notion essentielle à notre démocratie. Les enjeux liés à la démocratie sont colossaux et celle-ci est vraiment en danger. À cet égard, il n’existe aucune solution de rechange : ou bien nous vivrons en démocratie, ou bien nous ne vivrons pas une vie polit...

Sans conflit, point de démocratie

Pourquoi tant de débats se révèlent-ils aussi violents que stériles ? Entendre un avis opposé au sien peut être perçu comme une menace par l’individu. Pourtant, débattre, c’est accepter de voir que l’autre détient une part de vérité que je n’ai pas. Mise en perspective philosophique. Quelle est l’essence du politique ? Aristote en a posé les bases les plus solides par trois traits, déployés d...

1 Job, 42.5.

2 Cf. Renaud Barbaras, Métaphysique du sentiment, Cerf, 2016.

3 Cf. Jürgen Habermas, Théorie de l’agir communicationnel, Fayard, 1987 [1981 pour la version originale, trad. par Jean-Marc Ferry et Jean-Louis Schlegel].

4 Comme Hans Urs von Balthasar, Gilles Deleuze ou Ernst Bloch.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules