Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : L’école, laboratoire de fraternité ?

Personne ne vaut zéro !


« Nul ! » Petit mot, gros dégâts. Mot terrible qui, lorsqu’il est prononcé, résonne dans la tête du jeune comme un coup dévastateur, à un âge où la confiance en soi peine à se construire.

« - Et si c’était vrai ?

- Mais non, tu as de l’excellence en toi. Il t’appartient de la faire jaillir pour mieux t’en servir et réussir ta vie.

- C’est bien la première fois qu’on parle de moi en termes d’excellence ! »

Dialogue terrifiant mais ô combien révélateur d’une école qui, depuis des générations, sanctionne les erreurs plus qu’elle n’encourage à ne pas en faire… « L’ADN de nos écoles, c’est la fraternité », avance-t-on ? Encore faut-il de la bienveillance ! Quel est donc le rôle de l’éducateur dans l’école de la fraternité ?

Croire au déclic

L’éducateur y part du principe qu’il y a de l’excellence et du « 20 sur 20 » chez chaque jeune et que la meilleure façon de le faire grandir, c’est de tenir coûte que coûte à ce « préalable de la confiance ». Et c’est bien cette conviction qui va induire les démarches pédagogiques et éducatives mises en œuvre pour l’aider à progresser. Aujourd’hui encore, il suffit de lire les bulletins scolaires de nos enfants : certes, les appréciations vexatoires ont disparu et c’est tant mieux. Mais combien de fois trouvons-nous encore des phrases du genre : « Peut mieux faire » ? Et que fait-on pour qu’il ou elle fasse effectivement mieux ? Passer du constat à une analyse précise des difficultés pour construire avec le jeune une vraie stratégie de réussite, ça marche ! Pas à tous les coups, sans doute, et il faut parfois recommencer, encore et toujours, mais la construction d’un jeune est à ce prix.

Tous les parents rencontrés ont les mêmes mots pour qualifier leur espoir : « Quand aura-t-il le déclic ? » Chaque jeune est unique, y compris dans ses modes d’apprentissage, et aucune règle scientifique ne permet d’évaluer ni l’âge ni le moment de ce fameux déclic. C’est bien l’humilité de l’éducateur que de le reconnaître et d’accepter que la meilleure façon de le déclencher, c’est d’y croire, envers et contre tout. Quelle joie de constater les progrès d’un élève qui se met à réussir, tout simplement parce qu’il s’est approprié le sens de ce qu’il apprend : « J’ai compris à quoi ça sert d’apprendre et je sais désormais pourquoi je travaille. »

Un regard différent

Chaque adulte dispose d’un capital d’émerveillement : tout enfant est éducable, certains n’ayant que l’école pour apprendre ce qui leur sera indispensable pour mener leur vie d’adultes. Il ne s’agit évidemment pas de nier les difficultés d’apprentissage ou de comportement d’un élève, encore moins d’imaginer que tout serait facile. Mais pourquoi ne pas porter un regard différent sur le jeune ? Notre système scolaire est complexe, et il propose des voies de formation différentes en fonction des profils d’apprentissage des jeunes : quelle chance ! Encore faut-il la saisir, en privilégiant une orientation active et positive, basée sur ce que le jeune sait et aime faire plutôt que sur ses résultats. Conseiller la voie professionnelle à un jeune à partir de ses goûts et de ses domaines de compétence (il en a forcément), n’est-ce pas plus valorisant que de l’orienter par défaut (« il ne peut rien faire d’autre ») ?

Dans l’école de la fraternité, les élèves apprennent mieux car les enseignants sortent de leur isolement. Ils mettent en commun leurs expériences pour développer et mettre au service de tous le capital professionnel existant. Cela demande une autre gestion du temps, des énergies personnelles, du matériel, de l’espace, une nouvelle vision du métier… C’est bien cette nouvelle vision qui est source de fraternité : regarder, accompagner chaque jeune comme s’il était son propre frère, dans une volonté constante et obstinée de le faire grandir.



André-Pierre Gauthier et Jean-Marie Petitclerc (table-ronde), « L’adulte est un frère au milieu des jeunes », Revue Projet, n°352, juin 2016.

J'achète Le numéro !
L’école, laboratoire de fraternité ?
Je m'abonne dès 3.90 € / mois
Abonnez vous pour avoir accès au numéro
Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même dossier

Nouvelles proximités dans les collèges publics

Le travail d’une enseignante de collège avec ses élèves, celui du ministère de l’Éducation nationale sur la notion de laïcité ou le programme de formation d’une académie : ces trois exemples montrent que de nouveaux types de relations se cherchent, entre professeurs et élèves, entre personnels enseignants. Des occasions de faire vivre la fraternité existent bien. La valeur de « fraternité » n’est pas d’un abord courant dans l’école publique. Certes, elle figure au programme du nouvel enseignemen...

L’école contre la fascination pour le djihad

La fraternité n’est peut-être pas la valeur la plus à même de détourner les jeunes du djihadisme. Si elle amène à reconsidérer son rapport aux autres, elle néglige deux autres domaines que l’école aurait avantage à travailler, au vu des motivations des terroristes : le rapport à soi et le rapport au monde. L’école française ne devrait-elle pas s’attacher davantage à développer la fraternité chez ses élèves ? Bien des choses y incitent et, d’abord, la sombre actualité de l’année 2015. Ce que nous...

Des mythes pour refonder une culture commune

Dans une classe de 6e, un exercice régulier à partir des mythes grecs est l’occasion de souder les élèves autour d’un patrimoine culturel commun. C’est aussi l’opportunité de faire travailler ensemble des professeurs de différentes disciplines et de donner aux élèves le goût pour le débat argumenté. Comment lutter contre les inégalités et les cassures qui s’aggravent dans notre école ? La question devient obsédante pour les professeurs qui remarquent, année après année, que les classes sont de p...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules