Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Énergie : l’enjeu agricole

Exposition de tracteurs, Rhône, 2010 © Gilles Péris y Saborit/Flickr/CC
Exposition de tracteurs, Rhône, 2010 © Gilles Péris y Saborit/Flickr/CC
Les sols, les forêts doivent-ils produire de l’énergie, stocker du carbone, alimenter les animaux ou les humains ? Et comment dé-carboner la chaîne agro-alimentaire, grosse émettrice ? L’agriculture et l’alimentation sont au cœur des tensions liées à la transition énergétique.

La transition énergétique interroge profondément nos modèles agricoles et alimentaires. L’agriculture est un puits de carbone, via la photosynthèse, mais elle émet aussi des gaz à effet de serre (GES), responsables du dérèglement climatique. En France, en incluant les émissions de méthane et de protoxyde d’azote, l’agriculture génère environ 25 % des émissions nationales nettes. Une analyse plus large, de la « fourche à la fourchette » (production, préparation, conservation, distribution), indique que l’alimentation représente 40 % des émissions de GES en France et 25 % des consommations d’énergie finale. L’outil « ClimAgri »1 distingue trois types d’émissions issues de l’agriculture. Les émissions directes comprennent les émissions de méthane et de protoxyde d’azote dues à l’utilisation des matières fertilisantes, des combustibles et carburants (électricité, essence, etc.) et celles dues à la rumination des animaux et à la gestion des déjections d’élevage. Les émissions induites correspondent aux denrées agricoles importées, à la fabrication des engrais et des produits phytosanitaires. Les émissions indirectes sont liées à celles du secteur énergétique. La forêt permet de stocker une partie de ces émissions, mais l’artificialisation des sols, le déboisement des prairies ou des terres arables réduisent ses capacités. L’agriculture demeure émettrice nette de GES.

L’alimentation représente 40 % des émissions de GES en France et 25 % des consommations d’énergie finale.

Le lien entre agriculture et énergie ne se réduit pas à la question climatique, ce qui en fait aussi la complexité. On peut répartir en six « F » les besoins satisfaits par l’exploitation de la biomasse : fourneaux (alimentation humaine), fourrages (alimentation animale), fumure (sol vivant), fibres (bois, papier, matériaux), « forestis » (nature, biodiversité, aménités), fioul (énergie). Ces usages sont en concurrence. Cette compétition entre les usages alimentaires et énergétiques est lourde de conséquences. Mais il existe également des synergies possibles et la notion de hiérarchie des usages est insuffisante, car chacune de ces fonctions répond à des besoins fondamentaux. Tout l’enjeu est d’effectuer un arbitrage entre les diverses utilisations de ces biens communs que sont les bioressources.

Ces constats appellent une évolution de nos systèmes de production et de consommation. S’agissant de phénomènes biologiques, une division par deux des GES dans le secteur agricole est envisageable d’ici 2050, mais certainement pas un facteur 4. La réduction devra donc être plus forte encore dans les autres secteurs (transport, industrie, logement, etc.). Pour l’agriculture, il s’agit de porter une attention particulière aux sols, où toutes les fonctions écologiques opèrent, et de ne plus considérer le champ comme un simple support2. Des voies nous sont proposées par l’agroécologie : privilégier des rotations longues (sur quatre à huit ans), les associations de cultures, préserver les « auxiliaires de cultures » (donc l’habitat de ces prédateurs des ravageurs, comme les abeilles, etc.), limiter les intrants chimiques (azote, pesticides)… Le changement de régime alimentaire, véritable enjeu culturel et sanitaire, est lui aussi indispensable. Une réduction de notre consommation de viande diminuerait notamment les émissions de méthane, permettrait de libérer des surfaces dédiées au bétail mais aussi de limiter diabète et maladies cardio-vasculaires. Les « traditions culinaires » ne sont pas gravées dans le marbre : auparavant, nous n’avions pas les moyens de manger une poule au pot tous les dimanches !

Dans nos archives

À lire dans la question en débat
« Aura-t-on l’énergie d’une transition juste ? »

Et aussi sur Revue-Projet.com



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Ambivalente gouvernance

Définie comme un mode de décision partagée au service de la modernisation politique, la « gouvernance » se présente sous des atours séduisants. Or, le vernis démocratique de ce mot-valise issu du privé s’écaille rapidement. George Orwell brillait par sa capacité à montrer combien le glissement sémantique dit toujours quelque chose du pouvoir et de la manière dont il s’exerce. De Michel Foucault à Frédéric Lordon,...

Du même dossier

Écologie : pourquoi bouge-t-on si peu ?

Notre maison brûle, nos sociétés marchent sur la tête, mais l’on regarde ailleurs. Pourquoi ? La sidération se conjugue avec l’illusion qu’on aura le temps et l’incapacité à imaginer d’autres issues. D’où l’importance de démontrer, par l’exemple, qu’autre chose est possible. Et enthousiasmant. On peut lire les grands enjeux de notre temps à travers le prisme de trois grandes insoutenabilités (financière, sociale, écologique)1. Si cette dernière n’est guère perceptible à l’aune du seul produit in...

Les renouvelables, entre privatisation et projet citoyen

En Wallonie, un projet d’éoliennes soutenu par des habitants a été repris en main par le secteur privé. Mais les citoyens étaient-ils réellement au cœur du dispositif ? Retour sur la genèse de ce projet. Dans le cadre d’un programme de libéralisation promu par l’Union européenne, la privatisation du secteur de l’énergie est effective en Belgique depuis 2005. Cette année-là Electrabel, jusque-là une société d’énergie d’État, était vendue à la multinationale française Suez. Ce transfert privatisai...

Soustraire l’énergie à la logique du marché

Il est des biens essentiels, comme l’énergie, l’eau, qui ne devraient pas être soumis aux lois du marché. L’instauration d’un système de solidarité, semblable à celui qui existe pour la couverture santé, permettrait que chacun puisse y avoir accès. Les enquêtes et les témoignages recueillis par les associations d’entraide concordent : les jeunes et les travailleurs précaires sont les grandes victimes de l’état actuel de notre système de protection sociale, qui distribue d’abord la richesse à ceu...

1 L’outil ClimAgri, mis au point par l’organisation Solagro, est diffusé par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie.

2 Cf. Matthieu Calame, « L’agroécologie envoie paître l’industrie », Revue Projet, n° 332, février 2013 [NDLR].


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules