Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Dossier : Religions, une affaire publique ?

Du besoin public des religions


Chez les catholiques, il fut un temps où, pour ne pas être taxé de prosélytisme, l’on enseignait à vivre « en chrétien », sans pour autant s’en réclamer. Un témoignage dont la discrétion devait faire la force. Aujourd’hui, l’heure est davantage à l’affirmation visible de son identité. Les musulmans, eux aussi, revendiquent le droit à vivre selon leurs traditions. Dans une société « liquide », où l’individu a le choix infini de ses repères, de ses affiliations, les religions proposent une réponse éthique, une appartenance d’autant plus utile que les liens entre les êtres sont fragiles. Dans une Europe sécularisée (cf. F.-X. Kaufmann), les pratiquants, devenus minoritaires, éprouvent un besoin accru d’affirmer l’enracinement de leurs paroles, de leurs gestes.

La laïcité comme principe n’est pas contestée. Il est loin le temps où l’Église prétendait soumettre l’État à ses valeurs (cf. P. Portier). Les associations confessionnelles assument désormais tranquillement leur identité et leur originalité, le plus souvent en bonne entente avec l’État (cf. J.-M. Boisselier et P. Balmand). Pourtant, dans un monde laïc, la visibilité accrue des religions ne va pas de soi. En attestent le licenciement de la salariée de la crèche Baby-loup qui portait le foulard islamique (licenciement dont la validation par la Cour de cassation a suscité un tollé chez les magistrats), le débat autour des crucifix dans les écoles en Italie (cf. G. Costa), ou la controverse suscitée, en France, par la mobilisation de nombreux catholiques contre le mariage pour tous. Cet été encore, Nadine Morano et Harlem Désir formaient un étonnant duo pour s’émouvoir que des femmes puissent porter le voile à la plage… La première en appelant même à la création d’un « observatoire du mépris de la culture française » ! Sur le terreau d’une ignorance croissante vis-à-vis des religions, les affaires et les tentatives d’instrumentalisation se multiplient, exacerbées par la massification des réseaux et des médias (cf. G. Delrue). Un peu partout en Europe, on voudrait faire de l’islam, en particulier, un facteur de risque (cf. V. Amiraux). Et reléguer la religion dans la seule sphère privée.

Ces conceptions frileuses de la laïcité heurtent notre socle de valeurs. La liberté de religion, inscrite dans la Déclaration universelle des droits humains, suppose la possibilité d’une expression publique, toute restriction à cette liberté devant être proportionnée et non discriminatoire (cf. C. Baldwin). Balises essentielles, qui disqualifient, par exemple, l’interdiction des minarets en Suisse, les droits et libertés inscrits dans nos textes fondamentaux n’épuisent pourtant pas la question. Car la tension entre religions et État moderne est récurrente. Comment définir précisément le « vivre ensemble », au nom duquel la Cour européenne des droits de l’homme donne raison à la France quand elle bannit le voile intégral ? Comment un débat démocratique pluraliste peut-il s’accommoder de l’affirmation de vérités absolues, fût-ce au nom d’une loi « naturelle » ?

S’il appartient aux religions de faire entendre dans l’espace public une voix que l’on n’entend pas, ce n’est pas en adoptant une position de surplomb qu’elles seront les plus audibles, mais en allant à la rencontre, en cheminant aux côtés de celles et ceux qui souffrent (cf. C. Dagens). En cherchant à faire éclore au cœur du débat politique une parole née des blessures, du handicap, de l’exclusion sociale (cf. É. Grieu), mais aussi en donnant vie au troisième pilier de la devise républicaine : la fraternité. Les religions ne trouvent-elles pas leur sens premier, étymologique (re-ligare), dans les liens à renouer ? Alors il ne pourra plus s’agir, pour l’humanisme laïc, de s’en affranchir, mais, tout au contraire, d’y trouver un lieu précieux de renouvellement démocratique (cf. J.-C. Willaime).

À lire dans la question en débat
« Religions, une affaire publique ? »

Dans nos archives

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même dossier

La laïcité à l’italienne

En Italie, la frontière entre héritage culturel et tradition religieuse est poreuse. La présence du Vatican y donne à la laïcité une coloration bien particulière. Certes, tous les États européens sont liés par les mêmes exigences en matière de droits de l’homme. Mais, face à la question d’une place faite à l’identité religieuse, ils mettent en œuvre une variété remarquable de politiques. Ainsi, en Italie, l’histoire et la présence de l’État du Vatican exercent une forte influence sur l’articulat...

La sécularisation, une thèse crédible ?

Longtemps perçu comme un mouvement irrémédiable de la modernité, le déclin de la religion apparaît désormais comme une bizarrerie européenne. Que recouvre la notion de « sécularisation » ? Où trouve-t-elle ses racines ? La modernisation aurait entraîné une perte de signification, voire l’extinction de la religion, estiment la plupart des intellectuels contemporains, de sorte que l’incroyance personnelle serait la norme en situation de modernité. La sécularisation est ainsi devenue, en quelque so...

S’adresser à l’ensemble de la société sans se renier

Table ronde – Dans le champ éducatif comme dans le champ social, nombreux sont les acteurs confessionnels. Suscitent-ils des méfiances ou au contraire des attentes spécifiques ? Leur identité religieuse est-elle pleinement assumée ? Dans le champ de la solidarité comme dans celui de l’éducation, des organisations catholiques ont une présence spécifique. Est-il important d’avoir des « œuvres » propres ?Jean-Marc Boisselier – De fait, quantité de chrétiens s’engagent dans des organisations non-con...

Du même auteur

Chocolat amer

L’or brun. En Côte d’Ivoire, les fèves de cacao font vivre une bonne partie de la population. Mais elles aiguisent aussi les appétits. Non sans conséquences sur les fuites de capitaux, l’impossibilité de déloger la classe dirigeante et la violence  armée. C’est ce que révèle cette enquête… au goût amer. Un seul pays d’Afrique est leader mondial dans l’exportation d’une matière première a...

Pour une économie relationnelle

« On peut en savoir beaucoup sur quelqu’un à ses chaussures ; où il va, où il est allé ; qui il est ; qui il cherche à donner l’impression qu’il est ». À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1, on pourrait ajouter : « Quel monde il invente ». Car l’analyse du secteur de la chaussure, objet du quotidien s’il en est, en dit long sur notre système économique. Un système qui divise. À commencer par les humains : quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication ...

Libérons-nous de la prison !

Nous aurions pu, comme en 1990, intituler ce numéro « Dépeupler les prisons » (Projet, n° 222). Car de l’inventaire dressé alors, il n’y a pas grand-chose à retirer. Les conditions de vie en détention, notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement, restent indignes d’un pays qui se veut « patrie des droits de l’homme ». Mais à la surpopulation carcérale, on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons. Sans mesurer que plus le parc pénit...

Vous devez être connecté pour commenter cet article

1 réactions pour « Du besoin public des religions »

Pénélope MAVOUNGOU
05 November 2014

J'apprécie beaucoup le recours à l'étymologie du mot "religion". En effet, la religion qui implique la relation est aussi une rencontre, C'est pourquoi il me semble important que les religions se re-fondent sur cette idée comme dénominateur commun, sans se départir, bien sûr, de leur dogmes ou doctrines principaux. Je pense que si la laïcité considère que l'expression religieuse doit être reléguée dans la sphère privée, c'est simplement pour permettre à la diversité de s'exprimer. Donc, théoriquement, elle devrait favoriser l'exercice religieux.
Il me semble aussi que le "vrai problème " de la décadence laïque vient des "extrémismes" religieux qui en réalité, inquiètent ces mêmes religieux, parce que tout ce qui vise l'extrémisme sacrifie la liberté. Or la laïcité est effectivement le corollaire de la liberté. Mais la laïcité ne peut résister au temps. Elle doit désormais conjuguer avec la diversité religieuse et culturelle, tout en essayant de rester fidèle à sa spécificité, le domaine de l’Etat étant défini avec précision et fermeté. Chaque nation, en se fondant sur son histoire doit réfléchir à une forme de laïcité qui correspond à son contexte, à son histoire et elle doit s’ouvrir à la diversité et à l’altérité. Si la laïcité est une fabrication, marque déposée française, désormais, parce qu’elle tend à s’exporter ou à être importée par les sociétés qui la désirent, elle doit tout en s’incarnant dans ses sociétés apprendre à intégrer les valeurs de ses sociétés, toujours dans une perspective d’accommodement. Si cela est valable pour la laïcité, cela est aussi valable pour toutes les religions qui n’ont en rien besoin de se radicaliser dans des sociétés démocratiques ou de chercher à imposer leur propre juridiction.

* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules