Logo du site
Dossier : Quel travail sans croissance ?

Chercher l’emploi où il se trouve


« Personne n’est inemployable. » Fort de cette conviction, le réseau Transfer a élaboré une méthode : l’intervention sur les offres et demandes. Son pari ? Plutôt que d’agir sur les « freins sociaux » à l’emploi, plaider directement auprès des entreprises la cause des chômeurs de longue durée.

La méthode d’intervention sur les offres et les demandes (IOD), créée dans les années 1980, propose un ensemble de stratégies de médiation et de soutien, à rebours des fonctionnements habituels, pour réussir l’insertion professionnelle durable de publics en situation de grande précarité.

Elle refuse d’abord les représentations invalidantes des publics en insertion et la propension à situer l’insertion sociale en amont de l’insertion professionnelle. Lorsqu’elle est ainsi pensée, en effet, l’architecture des parcours d’insertion diffère l’accès au travail, au risque de laisser perdurer une situation de pauvreté génératrice de stigmates face à l’emploi. Aussi l’intervention sur les offres et les demandes cherche-t-elle à s’affranchir des préalables et des pré-requis pour privilégier la mise en relation directe et répétée des personnes (avant tout victimes d’un déficit de réseau professionnel) et des entreprises. C’est bien la proposition d’opportunités d’emplois variées qui constitue le pivot de l’accompagnement, la mise en situation de travail étant sa porte d’entrée. Quant aux « freins sociaux » trop facilement mis en avant, leur traitement est réalisé pendant l’emploi plutôt qu’en amont, en lien avec les travailleurs sociaux du territoire.

Agir auprès des employeurs

La seconde spécificité de cette méthode est de mettre la priorité sur l’action auprès des entreprises, avec l’ambition de prendre une place active dans la régulation d’un marché du travail où les flux de main-d’œuvre demeurent importants (5,3 millions d’embauches, hors intérim, ont été déclarées auprès des Urssaf au premier trimestre 20131), mais profitent peu aux populations précaires. C’est ici le fonctionnement du marché et le rôle de ses intermédiaires qu’interroge l’IOD. La sélectivité et la précarité des recrutements (depuis 2012, plus de 80 % des embauches s’effectuent en CDD2) sont de puissants facteurs d’exclusion des moins qualifiés et des moins expérimentés, qui se voient quasi systématiquement écartés des processus de recrutement « ordinaires » ou insécurisés par l’accumulation de statuts d’emplois atypiques.

Les moins qualifiés et moins expérimentés se voient quasi systématiquement écartés des processus de recrutement « ordinaires ».

Pour le réseau Transfer, l’effort de médiation active entre les publics et les acteurs économiques locaux ne porte pas seulement sur la recherche de possibilités d’emplois. Il vise aussi la négociation de démarches de recrutements moins concurrentielles, basées avant tout sur le relationnel et la connaissance réciproque (organisation de la rencontre avec le recruteur in situ, pas de transmission de CV, un candidat pour un poste…) et de modes d’intégration structurés de la part des entreprises (plan d’accueil durant la prise de fonction, organisation d’espaces d’échanges et de régulation, temps de formation et d’adaptation au poste…).

Chemin faisant, ce service trouve un écho particulier auprès des entreprises qui, sans percevoir la mission d’insertion, font avant tout l’expérience d’un conseil en ressources humaines de proximité, qui facilite et sécurise leurs décisions de recrutement. Celui-ci, quand il est réussi, résulte finalement beaucoup moins d’un profilage optimal du candidat que d’une entre-définition continue de l’offre et de la demande d’emploi. Chaque année, entre 35 et 45 % des 5 000 personnes accompagnées par le réseau accèdent à un emploi durable.

Le réseau Transfer-IOD
Constitué autour de l’association Transfer (née en Gironde en 1991), le réseau Transfer-IOD est aujourd’hui actif dans dix régions et quatre-vingts territoires de France métropolitaine et en Wallonie. Il regroupe des structures de l’économie sociale et solidaire et des structures publiques engagées dans la lutte contre l’exclusion et la pauvreté. Ces structures sont soutenues par des collectivités territoriales, des services de l’État et des fonds européens.
Les actions IOD sont centrées sur la médiation active entre des entreprises du secteur marchand et des demandeurs d’emploi en situation de pauvreté, la priorité étant donnée aux non diplômés. Ces actions sont parties prenantes, selon les territoires, de programmes d’intervention liés au RSA, à la politique de la ville, à l’insertion des jeunes ou à des démarches de Gestion prévisionnelle territoriale des emplois et des compétences3.
Conceptrice de la méthode IOD et assurant la formation de ses partenaires, l’association Transfer est un centre de ressources, d’évaluation et d’animation mutualisé. Par de nombreuses publications et interventions, le réseau Transfer-IOD contribue, depuis plus de vingt ans, au débat public et à la réflexion sur les pratiques professionnelles dans le champ de l’insertion, de l’emploi et de l’action sociale.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Du même dossier

Réduire le temps de travail reste la solution !

Face à la crise de l’emploi et aux mutations du travail, attendre un hypothétique retour de la croissance est un leurre, nous dit la sociologue Dominique Méda. Mieux vaut réaliser un partage contrôlé du travail, lui redonner du sens et se projeter au-delà de la croissance. Nous traversons actuellement une double crise : une crise de l’emploi et une crise du travail. La crise de l’emploi semble la mieux connue. Le taux de chômage est devenu l’un des indicateurs dont les évolutions sont les plus s...

Réinventons notre modèle social

On ne travaille pas assez ? Les règles sont trop protectrices ? Les chômeurs coupables ? Les 35 heures un échec ? L’Europe doit se plier aux impératifs de l’austérité et se serrer la ceinture ? Anousheh Karvar bat en brèche ces idées reçues. Et appelle à tirer parti de la crise pour réinventer ensemble une économie de modération et de partage. La réduction du temps de travail est sortie des radars du débat public. Pourtant, les statistiques publiques sont formelles : elle est à l’œuvre en France...

Travailler plus pour produire moins

« Moins de biens, plus de liens » : avec le concept de démarchandisation, l’économiste Bernard Perret rejoint à bien des égards ce leitmotiv écologiste. Mais il refuse d’opposer un travail marchand qui serait nécessairement aliénant à des activités hors marché épanouissantes. Et invite à travailler plus… pour sauver la planète ! L’affaiblissement tendanciel de la croissance économique et le chômage de masse annoncent-ils un monde où le temps consacré au travail serait réduit à la portion congrue...

1 Source : Agence centrale des organismes de Sécurité sociale (Acoss).

2 Les CDI ne représentaient que 13,5 % des embauches du premier trimestre 2013, les CDD supérieurs à un mois 18 % et les CDD de moins d’un mois 68,5 %. Source : Acoss.

3 Actions menées par des entreprises et des acteurs locaux, sur un territoire donné, dans le but d’aider les entreprises à gérer l’évolution de leurs besoins en matière d’emploi [NDLR].


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules