Logo du site

Pour l’Église, la libre circulation est la règle


« Dieu a destiné la terre et tout ce qu’elle contient à l’usage de tous les hommes et de tous les peuples, de sorte que les biens de la Création doivent équitablement affluer entre les mains de tous, selon la règle de la justice, inséparable de la charité », nous dit le Concile Vatican II dans Gaudium et spes (69). Selon la doctrine sociale de l’Église catholique, tout homme a non seulement le droit de vivre en sécurité (ce qui fonde le droit d’asile), mais aussi de disposer des ressources lui permettant de vivre dignement. Au nom de ce principe (dit de « destination universelle des biens »), si ces ressources ne sont pas disponibles chez lui, il a le droit d’aller les chercher ailleurs. Ce n’est pas une faveur, c’est un droit. Cela crée, pour les nations riches, un véritable devoir d’accueil, ainsi formulé dans l’article 2241 du catéchisme de l’Église catholique : « Les nations mieux pourvues sont tenues d’accueillir autant que faire se peut l’étranger en quête de sécurité et des ressources vitales qu’il ne peut trouver dans son pays d’origine. »

Ce devoir d’accueil entre parfois en conflit avec un autre principe, également reconnu par la doctrine catholique, celui du respect de la souveraineté de l’État. En un tel cas, c’est le premier qui doit prévaloir, car, comme le dit Mgr Luis Morales Reyes (président de la conférence épiscopale du Mexique), « le don de la terre à l’homme, la destinée universelle des biens par désir du Créateur et la solidarité humaine, sont antérieurs aux droits des États ». Par conséquent, « les États et leurs lois légitimes de protection des frontières seront toujours un droit postérieur et secondaire par rapport au droit des personnes et des familles à la subsistance1 ».

Réguler, en vue du seul bien commun

L’affirmation du droit de tout homme à aller chercher des « ressources vitales » dans « les nations mieux pourvues », s’il n’en dispose pas chez lui, ne concerne que les situations où la migration est une question de survie. Notons qu’il faut prendre l’expression « ressources vitales » au sens strict : ressources nécessaires à la vie. Il n’est pas question d’aller prendre ailleurs des ressources pour améliorer son confort ou flatter sa volonté de puissance (coloniale, par exemple) ! Quand la survie n’est pas en jeu, la doctrine catholique reconnaît aux États le droit de réglementer l’accès à leur territoire, mais seulement à titre d’exception au principe général : la liberté de se déplacer et de « se fixer » à l’étranger. C’est ce que soulignait Jean XXIII, en 1963 : « Tout homme a le droit (…), moyennant des motifs valables, de se rendre à l’étranger et de s’y fixer. Jamais l’appartenance à telle ou telle communauté politique ne saurait empêcher qui que ce soit d’être membre de la famille, citoyen de la communauté universelle où tous les hommes sont rassemblés par des liens communs » (Pacem in terris 25). Paul VI verra dans cette liberté un droit de la personne humaine : « Les autorités publiques nieraient injustement un droit de la personne humaine si elles s’opposaient à l’émigration ou à l’immigration… à moins que cela soit exigé par des motifs graves et objectivement fondés, relevant du bien commun2. »

Seule la considération du bien commun, notion centrale dans la doctrine sociale de l’Église, peut donc légitimer des mesures restreignant la liberté de migrer. Cette notion, quelle que soit l’interprétation qu’on en donne, ne saurait inclure des intérêts catégoriels, ni même exclusivement nationaux. En effet, les textes de l’Église accolent presque toujours l’adjectif « universel » à toute mention du bien commun. Les autorités politiques d’un pays ont donc le droit et le devoir de rechercher celui de leur peuple, mais ils ne peuvent le faire sans tenir compte de celui de l’humanité. C’est un point essentiel de l’enseignement de Jean-Paul II : « La poursuite du bien commun d’une communauté politique particulière ne peut être opposée au bien commun de l’humanité3. » Tout ceci permet d’affirmer que l’Église ne se contente pas de défendre au cas par cas les droits des migrants. Elle invite aussi à aller vers une gouvernance mondiale des migrations.



Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

« Valeur travail », le retour en grâce ?

Alors qu’une majorité de Français affirment que, même avec suffisamment d’argent, ils continueraient de travailler, la question du sens de la « valeur travail » se pose plus que jamais. Troquer les mots pour les motos. Un jour, l’universitaire Matthew Crawford décide d’abandonner son poste à la tête d’un important think-tank américain. À la place, il ouvre un atelier de réparation de deux roues. Lassé de l’inconsistance des mots, il opte pour un travai...

Revenu universel : une révolution du travail ?

L’hypothèse d’un revenu universel est débattue depuis plusieurs années déjà. Comment le justifier, comment le financer ? Sa mise en œuvre bouleverserait le pacte social lié à l’emploi. Référendum suisse en 2016, candidature de Benoît Hamon à la présidentielle française, expérimentation finlandaise en 2018… Sans attendre la crise économique, le revenu universel est revenu dans le débat public en France et en Europe de...

Du même dossier

L’Europe rajeunie par ses migrants

Sans la présence des migrants, le déclin et le vieillissement de la population européenne seraient plus rapides encore. L’analyse démographique plaide pour des politiques plus favorables à la mobilité et plus accueillantes. Selon les théories de la transition démographique1 et de la modernisation socio-économique, la croissance économique se traduit d’abord par le passage à un régime de stabilité des niveaux de mortalité et de natalité, puis par une forte baisse. Dans un premier temps, grâce aux...

Disparus en Méditerranée

Dans le contexte des révolutions arabes, 64261 personnes se sont embarquées pour l’Europe depuis la Tunisie et la Libye. Environ 2000 sont mortes ou ont disparu, dont 1000 Tunisien(ne)s. La gravité de cette situation a entraîné une très forte mobilisation des familles et des mouvements européens et africains qui défendent les droits des migrants. Depuis 2011, le Forum tunisien pour les droits économiques et sociaux (FTDES) a fait de ce dossier une priorité. Il milite pour que les autorités tuni...

Migrations : un manque de cohérence politique

Il y a un an, la Revue Projet posait la question : « Migrations : quelle autre politique pour l’Europe ? ». Le 8 octobre 2013, suite au drame de Lampedusa, la Revue Projet et ses partenaires, le CCFD-Terre Solidaire et le Service jésuite aux réfugiés interpellaient ouvertement le gouvernement français et la Commission européenne. Nous avons demandé à Catherine Wihtol de Wenden, spécialiste des migrations, d’analyser leurs réponses. Il y a quelques jours, une embarcation de migrants coulait au la...

Du même auteur

Arme nucléaire : en débattre, enfin ?

Le décès de M. Giscard d’Estaing, il y a quelques mois, a offert l’occasion de remettre sur le tapis une question qui semble avoir disparu de nos écrans : les armes nucléaires de la France. De tous nos anciens présidents – qui peuvent seuls « appuyer sur le bouton » – Giscard est l’unique à avoir reconnu, dans ses mémoires, qu’il aurait refusé d’accomplir le geste que prévoit pourtant la doctrine stratégique officielle en cas de grave menace sur le pays : « Quoi qu’il arrive, je ne prendrai jam...

Assouplissons les catégories migratoires !

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Raoul, interviewé pour ce dossier de la Revue Projet, nous confiait : ...

Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases !

Qui ne connaît un temps d’hésitation au moment de choisir un adjectif ou un substantif pour désigner une personne « venue d’ailleurs » ? Vais-je dire migrant, réfugié, étranger, demandeur d’asile, exilé, sans-papiers, expatrié… ? La question ne mériterait pas un dossier de la Revue Projet s’il ne s’agissait que d’exactitude lexicale ! Mais chacun perçoit que toute application d’une catégorie à une personne a d’importants enjeux : juridiques, politiques, sociaux, relationnels, culturels, etc.C’e...

1 Message du 15 novembre 2002, cité dans Bernard Fontaine, Les Églises, les migrants et les réfugiés, L’Atelier, 2006, p. 19.

2 Pastoralis migratorum cura, La Documentation catholique, 1970, n°1555, pp. 58-72.

3 Message du 1er janvier 2000.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules