Société |  Laurence Granchamp,
Roland Pfefferkorn (dir.)
 |  L’Harmattan, 2017, 274 p., 28 €
Par Jean-Marie Carrière | 10 septembre 2018
Print Friendly



Le devenir-monde du capitalisme a aussi bien pour effet de fragiliser des groupes de femmes que de mettre en danger les ressources naturelles. Car l’extension des formes marchandes ne touche pas seulement les femmes par le biais du travail hors du cadre domestique, elle concerne aussi, et de manière de plus en plus violente, le cadre de vie des populations. Mais dans quelle mesure les dynamiques liées à la mondialisation peuvent-elles offrir des occasions d’émancipation ou d’autonomisation aux femmes des pays du Sud ? Est-ce que les femmes, du moins certaines d’entre elles, parviennent à tirer parti de ces transformations ? L’ouvrage Résistances et émancipation des femmes du Sud tente de répondre à ces questions grâce à huit contributions issues de recherches en Amérique latine (Brésil, Bahia, Mexique, Cuba), en Asie (Chine, Inde) et en Afrique (Dakar, Yaoundé), complétées par une réflexion sur le rapport entre transition écologique et travail des femmes, sur la discussion autour des normes d’émancipation et sur leur « mise au travail ». Les études sont rassemblées en deux parties qui interrogent alternativement les formes de résistance et les voies d’émancipation – lesquelles, bien sûr, s’appellent mutuellement. Malgré la persistance de l’invisibilité du travail et des activités féminines, les luttes en faveur de la préservation des espaces de vie et celles qui remettent en cause les discriminations que subissent les femmes montrent que la question de la vulnérabilité est au cœur des rapports de genre, avant celle de l’égalité ou du pouvoir. Ainsi dans l’exploration des voies d’émancipation possibles apparaît un glissement progressif de la promotion des droits des femmes vers l’affirmation des droits et possibilités de choix des individus indépendamment de leur sexe. Les marges de manœuvre pour les femmes peuvent beaucoup varier, certaines restant fortement contraintes sur la plupart des plans, d’autres pouvant trouver les ressources pour avancer vers une autonomie plus grande.