Politique |  Bruno Latour |  La Découverte, 2017, 160 p., 12 € Par Pierre-Louis Choquet | 14 mai 2018
Print Friendly



Dans cet essai aussi bref que stimulant, Bruno Latour déploie une réflexion originale, toute tendue vers un seul but : nous sortir de la stupéfaction. En l’espace de deux ans, la situation politique internationale a traversé des phases terriblement contradictoires : en décembre 2015, la Cop21 avait été le signe d’un nouvel espoir, mais le Brexit et l’élection de Trump ont replongé l’Occident dans le doute et la morosité. Pour Bruno Latour, l’apparition au grand jour d’une fracture béante entre les élites globalisées et les peuples est paradoxalement salutaire : la folie de Trump, promoteur d’un capitalisme « hors-sol » car climato-sceptique, fait office de repoussoir absolu. Il s’agit donc pour nous, Européens, d’aller dans la direction exactement inverse et de redistribuer les cartes du jeu politique autour d’un nouveau point d’attention : « le terrestre ». La fragilité des milieux qui nous hébergent est chaque jour plus grande. C’est à partir d’elle que nous devons ré-imaginer de fond en comble nos imaginaires politiques, en dépassant si besoin le clivage « droite-gauche » dont la pertinence s’érode de toutes parts. Si l’on peut regretter que le style de Bruno Latour reste parfois hermétique pour les non-initiés (qui sont pourtant, on l’imagine, les principaux destinataires de ce livre !), la réflexion que le sociologue développe se démarque par sa fraîcheur et par l’enthousiasme qu’elle porte.