Politique |  Jacques Rancière |  La fabrique éditions, 2017, 74 p., 10 € Par Émeline Baudet | 4 janvier 2018
Print Friendly



Au cours de cette conversation avec Éric Hazan, le philosophe Jacques Rancière livre sa vision de la société et de la démocratie françaises. Que faut-il entendre par la « crise de la représentation », souvent mise en avant dans les médias, au détriment d’une interrogation profonde sur ses causes et ses enjeux dans la vie politique ? Comment se constitue aujourd’hui le « peuple » vis-à-vis de la Nation (un concept chargé d’histoire, dont une redéfinition est indispensable, compte tenu des bouleversements internationaux) ? La réflexion de Jacques Rancière nous pousse également à nous interroger sur la nécessité et les manières de nous indigner et de nous engager en France. La période électorale qui vient de s’achever en 2017 est loin de clore le mouvement de mobilisation politique et appelle, au contraire, à une nouvelle vague de protestations contre tout ce qui relève de l’inacceptable, qu’il s’agisse de la société, de l’économie ou de l’écologie. L’originalité de l’ouvrage réside dans la richesse philosophique des thèmes abordés, conjuguée à une clarté conceptuelle. Mais, loin de se limiter à la stricte sphère politique, les propos de Jacques Rancière et d’Éric Hazan nous conduisent aussi à l’art et à l’esthétique, qui constituent autant de formes d’engagement et d’expression vitales pour redonner souffle à l’exercice de la démocratie en France.