Économie |  Christiane Marty (dir.),
Jean-Marie Harribey (dir.)
 |  Les Éditions de l’Atelier, 2017, 143 p., 10 €
Par Gwenaël Normand | 25 janvier 2018
Print Friendly



Les auteurs sont sans concession face à l’idée de revenu universel et taclent, de tous côtés, des voies de financement jugées fantaisistes, le manque d’expérimentations probantes, les risques pour la place des femmes et, sous-jacente, une conception du travail déshumanisante et non créatrice de valeur. Ils doutent enfin que le nombre d’emplois détruits dans les années à venir, par la robotisation et la virtualisation, soit supérieur à celui des nouveaux emplois créés. Mais l’ouvrage Faut-il un revenu universel ? propose aussi sa vision des réponses à apporter aux crises sociales et environnementales actuelles : revaloriser les minimas sociaux, les cibler sur les nécessiteux et créer un nombre massif d’emplois, en réduisant le temps de travail et en orientant l’économie vers une transition écologique. Reconnaissant qu’on en est encore au stade des débats, les auteurs admettent se heurter à de nombreux problèmes : lourdeur bureaucratique, difficultés de financement et nécessité d’un contrôle accru des bénéficiaires ainsi que des entreprises. À côté de ce livre qui se présente comme une synthèse de l’argumentation des opposants au revenu universel, on devrait consulter les ouvrages des partisans de cette innovation pour se faire un avis personnel. De fait, bien des questions reviennent à l’esprit de ceux qui s’y intéressent. Si les voies de financement sont ici critiquées, bien peu y sont réellement abordées, sinon dans une formulation clairement polémique. Si le risque est souligné d’un « retour à la maison » pour les femmes, c’est en ignorant qu’un revenu universel décent leur garantirait aussi une autonomie financière intéressante dans bien des cas. De même la technologie du deep learning, au cœur des débats sur l’impact de l’intelligence artificielle sur l’emploi dans les années à venir, n’est pas abordée. Pour autant, si l’ouvrage remet radicalement en question la crédibilité des expérimentations en cours ou à venir, le partisan y trouvera aussi des conclusions pour nourrir sa réflexion.