Démocratie |  Mariana Otero |  France, 2017, 99 min. Par Martin de Lalaubie | 31 août 2017
Print Friendly



Raconter le mouvement citoyen Nuit Debout est une gageure tant chaque spectateur peut avoir déjà un avis sur cet événement. C’est pourtant le défi auquel se frotte la documentariste Mariana Otero. « Présente comme citoyenne dès les prémices de Nuit debout, [elle n’a] pas résisté le 1er avril 2016 à prendre une caméra. » Consciente que ce qui s’y passait était « extraordinaire », elle vient chaque jour filmer avec précision le bal de Nuit debout, jusqu’à la fin de l’occupation de la place de la République, à la mi-juillet. L’Assemblée n’explique rien : aucune définition ne sera donnée de qui/de ce qu’est Nuit debout, nous sommes témoins des débat internes au mouvement (peut-on parler au nom de Nuit debout ? Mouvement « petit bourgeois » ou traversant les classes sociales ?), sans jamais d’entretien ou de voix off. Mais ce documentaire raconte beaucoup. À aucun moment nous ne saurons qui sont ces personnes sur la place, visages passagers ou personnalités récurrentes : Mariana Otero ne cherche jamais à en faire les personnages de son film. Le seul, l’unique personnage est cette assemblée, nombreuse au début, parsemée à la fin, sous la pluie ou sous les gaz lacrymogènes des forces de l’ordre. Fidèle à l’idée du mouvement, dépassant les individus, elle cherche et nous entraîne à comprendre comment parler, débattre, prendre position lorsque nous sommes autant et différents. Des balbutiements à l’engouement, de la fatigue à la lassitude : comment inventer une nouvelle démocratie ? Ni méthodologique, ni critique, nous en sortons avec la question d’une jeune militante : « Que sera Nuit debout dans cinq ans ? » Le film n’y répond pas, il témoigne précieusement que Nuit debout a existé.

Documentaire en salle le 18 octobre 2017