Société |  François Héran |  Editions La Découverte, 2017, 300p., 21€, e-pub 15€ Par Jean Vettraino | 25 juillet 2017
Print Friendly



Dix ans après Le temps des immigrés, François Héran revient en force dans le débat public français sur l’immigration – débat dont il constate, avec d’autres, l’hypertrophie et la violence. D’abord, il adopte une approche factuelle de l’immigration à l’échelle nationale, tant sur les méthodes et outils de mesure que sur leurs résultats. En France, les immigrés et leurs enfants nés en France représentent près du quart de la population. Ainsi, être pour ou contre l’immigration n’a pas de sens. Il pointe le fait que la politique migratoire française, en dépit d’un écho médiatique accru, n’a jamais été sérieusement évaluée. Celle de Nicolas Sarkozy, menée sur près de dix ans, n’a à peu près rien changé aux quelques 200 000 entrées régulières annuelles sur le territoire français (qui se répartissent entre étudiants internationaux, ayants droit au regroupement familial ou à l’asile, et travailleurs non saisonniers). En revanche, le pouvoir a essayé (en vain) de mettre la main sur la statistique publique dans ce domaine ; François Héran dirigeait alors l’Ined (Institut national d’études démographiques). Mais au-delà, de même que l’évolution des migrations internationales dépend peu de la France, la dynamique démographique française est loin de se réduire à l’immigration. L’auteur décortique ensuite la rhétorique et l’argumentation et les positions de certains des acteurs qui les portent (tels Éric Zemmour), qui nourrissent les insatiables polémiques autour des migrations. Il recense et ordonne ainsi 11 griefs contre les chiffres de l’immigration. Il met aussi à jour ses divergences avec certains de ces collègues, comme l’historien Jacques Dupâquier (sur le recensement rénové) ou le démographe Hervé Le Bras (sur la question de savoir si la statistique doit se pencher sur l’origine et la religion des migrants). Cette seconde partie est l’une des principales originalités de ce livre précis et salutaire.