Société |  Serge Guérin,
Pierre-Henri Tavoillot
 |  Calmann-Lévy, 2017, 240 p., 17 €, e-pub 12€
Par Jean Vettraino | 29 mai 2017
Print Friendly



Une collection, -« Les petites conférences »- publiée chez Bayard, entend s’adresser aux enfants « dans un mouvement d’amitié traversant les générations ». Peut-être un tel mouvement traverse-t-il cet essai, dont le titre approprié serait : « La guerre des générations n’aura pas lieu ! ». Deux intellectuels, curieux et prolixes, connaissant bien leur sujet, s’unissent pour percer à jour une sorte de paradoxe : malgré l’individualisme et le consumérisme affirmés de la société française, les liens intergénérationnels se sont renforcés. S’appuyant sur un matériau hétéroclite d’exemples, de sondages et d’études, ils prennent ainsi le contre-pied d’auteurs qui voient se dessiner un « choc des générations ». Ils s’intéressent aux relations qui naissent et s’inventent entre générations, relations davantage choisies, pensées et réciproques que par le passé. Dans de grandes entreprises, par exemple chez Engie où des cadres dirigeants acceptent d’être formés par de jeunes salariés, notamment sur les nouveaux outils numériques (on parle de « reverse monitoring »). Dans le milieu associatif, dont les plus de 60 ans sont la colonne vertébrale bénévole et qui tire sa vitalité de l’alliance des savoirs et savoir-faire des différents âges. Dans les villes, qu’il s’agisse du réseau francophone « Ville Amie des aînés » ou d’initiatives locales comme à Rixheim, en Alsace, où un collège et une résidence pour personnes âgées ont développé des rencontres intergénérationnelles. Les auteurs rappellent que les investissements pour les personnes âgées sur les territoires bénéficient en fait à l’ensemble de la population (réseau de transport public par exemple). Ils montrent aussi que le numérique et l’informatique n’ont pas tant créé de fracture entre les générations qu’ils ne les ont plutôt rapprochées. Dans le dernier chapitre, ils proposent des pistes pour construire une « société de l’intergénération », nécessairement heureuse à les suivre, s’appuyant sur des politiques publiques intelligentes, pensées avec les citoyens. Dont acte.