Société |  Hervé Le Bras |  Robert Laffont, 2016, 224 p., 20 € Par Jean Vettraino | 30 avril 2017
Print Friendly



Dans un style sobre, le démographe Hervé Le Bras offre dans Anatomie sociale de la France. Ce que les big data disent de nous un tableau précis de certains aspects de l’Hexagone : la composition de ses couples, les caractéristiques de ses unions et de sa fécondité, le chômage, qui touche, au-delà de l’individu, les couples et les ménages. L’auteur s’appuie sur la meilleure base de données disponible, proche des « big data » (d’où le sous-titre) : le recensement. Un tel volume d’observations est indispensable pour analyser finement les phénomènes contemporains, permettant de croiser plusieurs critères et de visualiser leurs interactions. Ces dernières peuvent être contre-intuitives. Ainsi, les femmes françaises sans diplôme ont une fécondité de 1,78 en milieu rural et de 1,95 en milieu urbain, tandis que les diplômées ont une fécondité de 1,95 en milieu rural et de 1,50 en milieu urbain : l’effet de l’éducation et de l’urbanisation se contredisent au lieu de se combiner. En fait, tout l’ouvrage démontre qu’on ne peut saisir l’individu et ses comportements à travers seulement un ou deux critères – tels le niveau de diplôme et l’âge pour le chômage. Le couple, le milieu familial et le lieu de vie influent énormément, d’où une attention particulière portée au territoire. Ainsi, la mixité des unions (unions où l’un des conjoints est soit étranger, soit d’origine étrangère, et l’autre est né français) dépend des proportions relatives d’immigrés et de non-immigrés localement. Certains paradoxes sont mis à jour, comme le fait que la montée de la xénophobie s’accompagne d’une nette progression des unions mixtes (près de 36% des immigrés vivant en couple ont un conjoint né en France ou français de naissance). Un soin particulier est apporté à la représentation graphique des données : plus de quarante figures en couleurs, mais aussi de nombreuses cartes et des tableaux qui organisent et donnent à voir la masse de données mobilisées. À un moment où des sondages trop rapides et des essais sans fondement prétendent dire ce qu’est la France, ce livre est une leçon de rigueur et de méthode quant au traitement des données. Il en ressort un tableau nuancé et intelligent.