Monde |  Thomas Deltombe,
Manuel Domergue,
Jacob Tatsitsa
 |  La Découverte, 2016, 245p., 12€
Par Laurent Duarte | 4 mars 2017
Print Friendly



Alors que le Cameroun est secoué par une vague de contestation dans la partie anglophone du pays, le livre La guerre du Cameroun, l'invention de la Françafrique peut servir de clé de compréhension à la situation. Le Cameroun contemporain est en effet traversé par « une tragique combinaison guerre de libération - guerre contre insurrectionnelle - guerre civile ». Il vit un agencement politique segmentaire au détriment de la partie anglophone mais plus largement au détriment de la démocratie. Après un premier livre de plus de 700 pages intitulé Kamerun ! Une guerre cachée aux origines de la Françafrique. 1948-1971 publié en 2011, Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa proposent une synthèse plus accessible adressée à un large public. L'enjeu est d'éclairer une partie de l'histoire de France, celle de la fin de la colonisation et du début d'une nouvelle forme de domination politique et économique : la Françafrique.

L'ouvrage rappelle que l'indépendance n'a pas été donnée par la France mais bien gagnée par un combat parfois armé mené par les partis indépendantistes avec le soutien des populations. Le travail historique réalisé est d'une grande qualité à partir de la recherche d'archives et de la narration des évènements. Les auteurs réhabilitent la figure de Ruben Um Nyobè, chef de l'UPC (assassiné en 1958). Le combat pour l'indépendance du Cameroun s'est construit contre toute forme de domination qu'elle soit allemande, française ou anglaise. Cette lutte a été réprimée lourdement par la France dès 1945 lors de la grève des cheminots, lors d'émeutes en 1955 et jusqu'en 1961 dans « une guerre totale » contre les populations. La guerre secrète menée par la France entre 1954 et 1961 contre l'Union des Populations du Cameroun (UPC) repose sur les méthodes des guerres contre-insurrectionnelles telles qu'en Algérie ou en Indochine.

Préfacé par Achille Mbembe, La guerre du Cameroun est une étape importante dans le travail de mémoire et de réécriture de l'histoire coloniale. Le livre bat en brèche l'image d'une France dont le processus de décolonisation en Afrique sub-saharienne se serait déroulé sans conflit, presque dans la concorde. En défiant l'oubli historique, les auteurs mettent aussi en lumière l'emprise de la France sur les pantins que furent certains pères des indépendances, à commencer par Ahmadou Ahidjo au Cameroun dont la principale préoccupation aura été de se maintenir au pouvoir tout en veillant aux intérêts de l'ancienne puissance coloniale. Le Cameroun d'Ahdijo et la guerre du Cameroun serviront d'exemple à la Françafrique qui repose sur deux piliers : l'intervention militaire en cas de besoin et le combat violent de toute velléité démocratique. Les fondements de ce système perdurent encore au Cameroun avec Paul Biya, 32 ans de pouvoir et désireux de s'y maintenir jusqu'à la fin de sa vie.