Religion |  Cécile Entremont |  Temps présent, 2016, 227p., 18€ Par Bernard Bougon | 26 février 2017
Print Friendly



Après 42 ans d’exercice comme psychologue-psychothérapeute, Cécile Entremont nous propose de l’accompagner dans le regard porté sur ce « grand bouleversement de la civilisation mondiale », à « regarder en face, les yeux grands ouverts ». A partir de son métier, de ses rencontres et de ses lectures, elle s’interroge. Pourquoi tant de personnes sont-elles « tendues, perdues, malades, stressées, angoissées » ? Pourquoi autant de jeunes semblent aujourd’hui déboussolés et sans repères ? Comment comprendre la montée de l’individualisme et la dissolution du lien social ? Et, surtout, quelles réponses serait-il possible d’apporter ? Dans un premier temps, Cécile Entremont trace d’abord -- à grands traits – les contours de la crise écologique actuelle et de ce qu’elle nous promet. Devant ce tableau, elle s’étonne. Or, malgré tant de voix concordantes qui confirment le sombre diagnostic du GIEC, rien ne semble bouger dans les politiques des États comme dans les comportements individuels.

Comment dépasser l’angoisse paralysante suscitée par une réalité traumatisante ? C’est à l’action que l’auteure veut provoquer. Une action qui commence aujourd’hui, par ces petits pas que chacun peut faire en acceptant de changer ses représentations puis de choisir, au niveau domestique, les « bons gestes »… Petits pas qui donneront du poids à ceux faits par d’autres et avec d’autres, comme en témoignent les réalisations montrées dans le film Demain. Action tournée vers l’avenir, où chacun, face aux générations montantes, assurera de manière renouvelée ses responsabilités éducatives.

Mais prendre soin de la planète, c’est aussi prendre soin de soi, de son corps, de son esprit et de son cœur. Être bien avec soi pour être bien avec les autres et avec la Nature. Cécile Entremont plaide pour les bienfaits de la méditation et l’ouverture à la spiritualité.

Fruit d’un remarquable travail de synthèse, cet ouvrage d’une « écologiste chrétienne » nous fait comprendre qu’aujourd’hui convergent les voix issues de presque toutes les traditions culturelles et religieuses. Au prix, peut-être, d’un certain syncrétisme qui masque des contradictions.