Société |  Jean-Pierre Duret,
Andrea Santana
 |  France, 2014, 90 min
Par Martin de Lalaubie | 13 mars 2014
Print Friendly



La ville de Givors pourrait être ici le symbole d’une société qui oublie ses souffrants. Les réalisateurs Jean-Pierre Duret et Andrea Santana, après trois documentaires au Brésil, ont décidé d’y poser leur caméra. Galerie de portraits, de vies, de gestes, Se battre nous emmène écouter et regarder ceux qui, gagnés par une précarité dont la courbe ne cesse de grimper dans notre pays, glissent dans l’invisibilité. Leur densité envahit pourtant l’écran par des témoignages d’une simplicité percutante. Nous les regardons vivre et survivre, développer stratégies et philosophies personnelles pour être encore là. Grâce à la subtilité de leur film, Jean-Pierre Duret et Andrea Santana suscitent ce regard qui donne chair à l’autre et qui nous pousse à nous interroger, à interroger notre propre société. Ces femmes et ces hommes ont quelque chose à nous dire de qui ils sont et de qui nous sommes. Les réalisateurs font prendre conscience qu’ils ne sont pas des « sans-voix » : ils sont des cris qui ne trouvent pas d’oreilles. Se battre, c’est leur quotidien pour exister. C’est aussi le combat de Jean-Pierre Duret et Andrea Santana pour la dignité, face à l’indifférence, à l’ignorance et au mépris. Trois attitudes si partagées qui permettent à la grande pauvreté de persister.

En salle depuis le 5 mars 2014
Pour voir le film : site officiel

A lire aussi sur notre site :
Xavier Godinot, « Pauvreté : qui sont les vrais experts ? », revue-projet.com, 25/02/2014