Concurrence mondiale


Ils sont tous les deux pour la Constitution européenne mais pas de la même manière ! Pascal Lamy l’a préparée au sein de la commission, Alain Lipietz l’a votée au Parlement européen : des eurocrates, pourrait-on dire ? Pourtant, tout les oppose.

Les sciences économiques ? S’ils travaillent sur les mêmes chiffres, ils n’en font pas la même lecture. Tous deux se félicitent des économies d’échelle permises par l’élargissement. L’un regrette l’absence d’investissements dans l’innovation. L’autre déplore que le ‘laisser-faire’ ait contraint à une politique de bas salaires au lieu d’investir sur la qualification et l’éducation.

Leurs appartenances politiques ? Social-démocrate, Pascal Lamy souligne que l’ouverture des échanges est facteur d’efficacité économique et donc de croissance et d’emploi. Membre des Verts, Alain Lipietz souhaite renouer le dialogue social et progresser vers des conventions collectives européennes.

Leurs lectures de la construction européenne ? Le premier croit à l’effet d’entraînement exercé par l’intégration économique sur l’intégration politique. Le second constate qu’en l’absence de construction politique, les attentes économiques sont déçues.

Leurs visions du rôle de l’Europe dans le monde ? Ils soulignent combien la croissance mondiale est aujourd’hui portée par la Chine et l’Inde. Mais si le candidat à la présidence de l’Omc voit dans celle-ci une occasion pour l’Europe, l’autre dénonce la «politique de la canonnière» de l’Occident à l’égard du tiers monde.

Tout les oppose ? Sauf cette évidence : comment développer une politique économique, une vision commune et assurer une place dans le monde sans une Constitution commune ?

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s